Décoloniser la fiction : cinémas du Maghreb au 21ème siècle

Charkioui, Samia (2018) Décoloniser la fiction : cinémas du Maghreb au 21ème siècle. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Samia.Charkioui_these_8150.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Decolonizing fiction : cinemas from Maghreb in the 21st century
Creators: Charkioui, Samia
Directeur de recherche: Lacoste, Paul
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Laboratoire de Recherche en Audiovisuel - Savoirs, Praxis et Poïétiques en Art - LARA-SEPPIA
Diplôme: Doctorat en Cinéma
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
Uncontrolled Keywords: Cinéma, Orientalisme, Décolonisation, Maghreb, Postcolonial
Mots-clés en anglais: Cinema, Orientalism, Decolonization, Maghreb, Postcolonial
Abstract: L’orientalisme tel que l’a défini Edward Saïd est un paradigme dont la puissance et la continuité s’exprime aussi en cinéma. Les représentations des pays du Maghreb véhiculées dans la culture européenne ont formé au fil du temps une « orientale-fiction » qui s’est déplacée dans les créations filmiques contemporaines de nombreux cinéastes « du Maghreb ». Ces films perpétuent et recréent un « Orient » de « l’Occident ». Ils reproduisent les représentations et les discours d’une fiction encore vivante et toujours nécessaire au miroir valorisant du monde dominant. Ils servent au public européen un cinéma fait d’histoires qui semblent bâties dans la terre des stratifications imaginaires orientalistes. Cette "auto fiction orientaliste" obstrue et déforme les espaces réels visés par ces films et révèle l’ambivalence subjective de leurs projets symboliques. Ecrasée par la nécessité de documenter l’altérité, la fiction que ces films proposent ne se libère pas des dialectiques coloniales de domination mais paraît condamnée à les rejouer. L’analyse critique que ce travail propose s’appuie sur un large corpus constitué en majorité de films coproduits et tournés au Maroc dans les années 2000. Entre esthétique, politique et poïétique cette thèse démontre la nécessité d’une pratique décoloniale en cinéma.
English abstract: Orientalism -as Edward Said defined it- is a paradigm of which power and currentness are also expressed in cinema. Representations of Maghreb countries conveyed by and within European culture have formed overtime, an “Oriental-fiction” that has moved into and settled in the core of many “Maghrebis” film-makers’ creations. These films perpetuate and recreate an “East-of-the West”. They reproduce the depictions and speeches of a fiction that is still alive as much as necessary to the gratifying mirror of the dominant (western) world. They feed the European public with a cinema made out of stories that seem built in the imaginary realm of orientalist stratifications. This "orientalist self-fiction" carried by Maghrebi cinema, obstructs and distorts the actual spaces these films aim to reveal. It also exposes the subjective ambivalence that lies within their symbolization project. Crushed by the necessity to document alterity, these films end up inevitably entangled in the colonial dialectics of domination and doomed to repeat them. The critical analysis carried by this work is based upon a broad corpus of films that were mostly co-produced and filmed in Morocco in the 2000s. At the confluents of aesthetics, politics and poetry, this thesis demonstrates the need for a decolonial practice in the art of cinema.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10019