Impact des émotions sur la mémoire de travail chez les enfants de CM1

Moya, Léa (2020) Impact des émotions sur la mémoire de travail chez les enfants de CM1. [Mémoire]

[img] Text

Lea.MOYA_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Moya, Léa
Directeur de recherche: Simoës-Perlant, Aurelie
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Professeur des écoles
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement primaire
Abstract: Dans le cadre de ce mémoire nous nous sommes intéressés à la corrélation entre les émotions et la cognition et plus particulièrement à la mémoire de travail chez les enfants de CM1. Pour ce faire, nous nous sommes inspirés du modèle des émotions primaires de Plutchik (1980) et nous avons utilisé la méthode d’induction émotionnelle à l’aide d’extraits vidéos mis en œuvre par Leupoldt, (2007). Les résultats obtenus par Bodenhausen, Kramer et Süsser (1994) grâce à cette méthode, ont mis en avant l’impact des émotions à valence négative et positive sur la mémoire de travail, contrairement aux émotions neutres. En se basant sur ce modèle, notre hypothèse générale est donc que les émotions ont un impact sur la mémoire de travail. Pour vérifier notre hypothèse, nous avons réalisé une expérimentation auprès d’enfants de CM1. Toutefois, en raison de la crise sanitaire COVID-19, notre échantillon, constitué initialement de vingt-cinq élèves a été réduit à huit élèves et les modalités de passation ont dû être modifiées. Les huit participants ont été placés sous trois inductions émotionnelles (amusant – triste et neutre) et ont réalisé une tâche « émotion ». Par la suite, une seconde tâche « mémoire » leur était proposée. Dans ce travail de recherche, l’émotion a été induite au moyen d’extraits vidéos. Les résultats montrent que sous inductions émotionnelles à valence positive et négative les performances mnésiques des enfants étaient meilleures que sous induction émotionnelle neutre. Ainsi, nos résultats ont pu confirmer l’hypothèse générale émise en amont.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10237