En quoi la classe sociale de la famille et les pratiques de lecture à la maison ont-elles un impact sur la posture de lecteur chez l'enfant?

Billiaux, Isabelle (2020) En quoi la classe sociale de la famille et les pratiques de lecture à la maison ont-elles un impact sur la posture de lecteur chez l'enfant? [Mémoire]

[img] Text

Isabelle.Billiaux_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (9MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Billiaux, Isabelle
Directeur de recherche: Parmentier, Bénédicte
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Professeur des écoles
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Français
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes > Littérature générale
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement primaire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Culture
Abstract: La maîtrise de la langue et plus particulièrement de la lecture sont des préoccupations importantes dans le cadre de l’école et ce depuis très longtemps. B. Lahire explique dans son étude que le nombre de livre possédé par les familles augmente avec le capital culturel. Chez les classes moyennes à supérieures possédant un capital culturel fort, le livre a une place importante pour les adultes qui sont souvent de grands lecteurs, les bibliothèques contiennent un nombre de livre important et l’objet livre est considéré comme un bien symbolique. Cependant, les individus provenant de la même classe sociale et qui sont d’avantage dotées en capital économique auront tendance à avoir une pratique moins fréquente de la lecture. Selon les situations et les pratiques de leurs parents, les enfants sont donc inégalement confrontés à des modèles favorisant l’aspiration à lire. Il me paraît important de tenter de comprendre le rôle que peut jouer le parent dans cet engouement ou, au contraire, ce désintérêt de l’enfant pour la lecture et pour l’objet livre. Est-ce uniquement une question de tempérament de l’enfant? Ou bien d’habitudes, en lien avec le contexte socioprofessionnel de la famille? De rituels, mis en place depuis le plus jeune âge?
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10326