Héraclite sans Héraclite, une dispersion de «l'Obscur».

Naciri, Yacine (2020) Héraclite sans Héraclite, une dispersion de «l'Obscur». [Mémoire]

[img] Text

Yacine.NACIRI_master2.pdf


Accès : Repository staff only jusqu'au 1 July 2025.

Télécharger (8MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Naciri, Yacine
Directeur de recherche: Mouze, Létitia
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Philosophies allemande et française : genèses, devenirs
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Philosophie de l'Antiquité, du Moyen-âge
Uncontrolled Keywords: Héraclite, philosophie, présocratique, lecture, interprétation, traduction
Abstract: La conservation-restauration en peinture intervient sur les parties abîmées d'une œuvre en essayant de reproduire fidèlement la technique de l'artiste. Cette discipline qui vise à reconstituer un original dispose aujourd'hui d'une technologie importante qui permet de déceler les strates et couches de retouches qui habitent une œuvre. Du brouillon de l'œuvre aux dernières restaurations, de moins en moins de signes échappent à la restauration actuelle. Le geste de l'artiste est examiné en comparant ses autres œuvres pour reproduire le savoir d'une époque, retracer une figure fidèle par les mêmes processus de son temps. Ainsi, les strates de lectures formées par les restaurations précédentes indiquent les approches propres à chaque époque. Chaque mouvement ou école a développé des techniques de restaurations différentes pour des résultats divergents. Aujourd'hui, les peintures sont plus fidèlement reconstituées par l'aide de technologies et par la constitution de nouveaux savoirs questionnant les précédents. Cependant, s'il est possible de reconstituer une œuvre même à l'état de ruine dont l'original laisse quelques traces lisibles pour la technologie, comment restaurer une œuvre sans traces originales attestées, sans sources discordantes ? Est-il envisageable de reformer un visage que l'on n'a jamais vu ? Dans cette cécité à le vouloir, à vouloir le voir, qu'est-ce qui, au final, est restauré et conservé ? À partir de quel moment la personne qui restaure se fait faussaire et l'original devient fantasme, spectre, fiction qui s'ignore fiction ?
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10618