Place des mobilités quotidiennes dans les modes d’habiter périurbains : Bouger dans l’entre-deux Nord-Toulousain

Gales, Jules (2020) Place des mobilités quotidiennes dans les modes d’habiter périurbains : Bouger dans l’entre-deux Nord-Toulousain. [Mémoire]

[img] Text

Jules.GALES_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (9MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: The place of daily mobility in peri-urban lifestyles: Moving in the in-between of North Toulouse.
Creators: Gales, Jules
Directeur de recherche: Haouès-Jouve, Sinda
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M1 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Economie > Transport
Uncontrolled Keywords: espace périurbain, habiter métropolitain, mobilités quotidiennes, entre-deux périurbain, automobile, localité périurbaine, ancrage local
Mots-clés dans une autre langue: suburban space, living in the metropolitan area, daily mobility, in-between suburbs, car, suburban locality, local anchoring
Abstract: Le périurbain est entré depuis le début des années 1970-1980 dans une phase de maturation. Alors que la périurbanisation est au centre de nombreux débats scientifiques et sociaux, l’espace d’entre-deux qu’elle crée, à la fois espace, temps et sujet en mouvement, se lit de plus en plus sans l’influence d’un regard urbanocentré. Les espaces périurbains deviennent indépendants des villes et voient naître des modes d’habiter qui leur sont propres et où les mobilités quotidiennes ont un rôle centrale. L’exemple du nord-toulousain est intéressant pour comprendre la place des mobilités quotidiennes dans l’habiter métropolitain et périurbain. En effet, ce territoire laisse apparaître une multipolarité du territoire qui semble exclure la ville-centre. Se déplacer entre les différentes communes est donc primordial afin de répondre aux besoins en emploi, services ou loisirs. La dépendance à la voiture est toujours aussi importante mais les modes de déplacement doux semblent prendre le dessus, notamment en période de confinement. Notre approche des modes d’habiter périurbains par les mobilités quotidiennes laisse voir la volonté des périurbains de s’ancrer dans une localité multipolarisée. Ces derniers n’habitent plus dans le périurbain pour être proches de la ville, à moindre coût et à des prix plus abordables. Les périurbains souhaitent donner naissance à des localités qui traduisent une appartenance marquée à un territoire polymorphe où la volonté d’ancrage prime. L’étude des mobilités quotidiennes promet de dire que l’habiter périurbain ne se limite plus à la maison pavillonnaire mais bien à un territoire plus étendu que les périurbains s’approprient.
Résumé dans une autre langue: Since the beginning of the 1970s and 1980s, the peri-urban area has entered a phase of maturation. While peri-urbanisation is at the centre of many scientific and social debates, the in-between space that it creates, at once space, time and moving subject, is increasingly read without the influence of an urbanocentric viewpoint. Peri-urban spaces are becoming independent of cities and are giving rise to their own ways of living, in which daily mobility plays a central role. The example of North Toulouse is interesting for understanding the role of daily mobility in metropolitan and suburban living. Indeed, this territory shows a multipolarity of the territory which seems to exclude the central city. Moving between the different communes is therefore essential in order to meet the needs for employment, services or leisure activities. Dependence on the car is still as important as ever, but soft modes of transport seem to take over, especially in periods of confinement. Our approach to peri-urban modes of living through daily mobility shows the desire of peri-urban dwellers to be anchored in a multipolarised locality. They no longer live in the peri-urban area in order to be close to the city, at a lower cost and at more affordable prices. Periurbanites wish to give birth to localities that reflect a marked belonging to a polymorphous territory where the desire to be anchored is paramount. The study of daily mobility promises to show that peri-urban living is no longer limited to the suburban home, but rather to a larger territory that peri-urban dwellers are taking over.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10836