Apprentissage des adultes et anxiété langagière: comprendre et surmonter les antagonismes

Nicola, Dominique (2020) Apprentissage des adultes et anxiété langagière: comprendre et surmonter les antagonismes. [Mémoire]

[img] Text

Dominique.Nicola_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Nicola, Dominique
Directeur de recherche: O'Connell, Anne-Marie
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Didactiques des langues dans les activités professionnelles
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement supérieur
Uncontrolled Keywords: Formation des adultes, Apprentissage des langues
Abstract: De nos jours, de nombreux adultes français se tournent vers une formation en anglais – une langue devenue incontournable dans les échanges qu’il convient souvent de maîtriser pour faire évoluer une carrière professionnelle, Par ailleurs, les différentes politiques européennes volontaristes et l’émergence de l’andragogie encouragent la formation des adultes et insistent sur la nécessité de placer l’apprenant au cœur de l’apprentissage. Malgré tout, les difficultés à l’oral des adultes français sont frappantes. Des travaux de recherche montrent que les facteurs émotionnels influent sur le comportement des étudiants lorsqu’ils doivent s’exprimer en cours d’anglais. On parle alors d’anxiété langagière : une anxiété situationnelle qui intervient dans le cadre de l’enseignement d’une langue étrangère. Les filtres affectifs, conditionnés par des croyances de l’apprenant, ont un impact sur la confiance et l’estime de soi. Le regard des pairs et du professeur nourrit également ce phénomène. Afin d’être en mesure de valider l’hypothèse selon laquelle l’image de soi et le contexte de classe étaient facilitateurs de stress, nous avons interrogé vingt-six stagiaires en centre de formation et échangé avec l’un d’entre eux au cours d’un entretien individuel. Après avoir analysé leurs réponses, nous avons constaté que les préconçus de l’apprenant sur la langue anglaise et sur ses compétences déterminaient sa capacité à s’exprimer à l’oral. Nous avons également observé que le professeur, par ses choix pédagogiques, influait sur l’estime de soi et donc sur l’anxiété langagière. Nous avons proposé quelques pistes de remédiation, comme des jeux et un système de notation qualitatif, qui peuvent contribuer à atténuer les angoisses des apprenants lors de leurs interventions orales en anglais. Nous rappelons enfin que la sensibilisation des enseignants à l’importance de la prise en compte des émotions au cours de l’apprentissage est un facteur indispensable à la réussite des élèves.
Résumé dans une autre langue: Nowadays, many French adults are turning to training in English - a language that has become essential in exchanges and that often needs to be mastered in order to develop a professional career. Moreover, the various proactive European policies and the emergence of andragogy encourage adult education and insist on the need to place the learner at the heart of learning. Nevertheless, the oral difficulties of French adults are striking. Research shows that emotional factors influence students’ behaviour when they have to express themselves in English classes. This is known as language anxiety: a situational anxiety that occurs when teaching a foreign language. Emotional filters, conditioned by the learner's beliefs, have an impact on confidence and self-esteem. Peer and teacher scrutiny also feeds this phenomenon. In order to be able to validate the hypothesis that self-image and the classroom context are stress facilitators, we interviewed twenty-six trainees at a training centre and exchanged with one of them during a one-on-one interview. After analyzing their responses, we found that the learner's preconceived notions about the English language and their skills determined their ability to express themselves orally. We also observed that the teacher, through his or her pedagogical choices, influenced self-esteem and therefore language anxiety. We proposed a few remedial measures, such as games and a qualitative grading system, which can help to alleviate learners’ anxiety during their oral interventions in English. Finally, we remind you that raising teachers' awareness of the importance of taking emotions into account during learning is an indispensable factor in student success.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10839