La ville sexiste : les rapports sociaux de sexes et l'utilisation de l'espace public

Bouayad, Maria (2020) La ville sexiste : les rapports sociaux de sexes et l'utilisation de l'espace public. [Mémoire]

[img] Text

Maria.Bouayad_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (6MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Bouayad, Maria
Directeur de recherche: Chauvac, Nathalie
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Sociologie
Diplôme: M2 Médiation, intervention sociale, solidarité
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes de l'environnement > Environnement et société
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes sur le genre
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie urbaine
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Travail social
Uncontrolled Keywords: ville, urbanisme, sexisme, patriarcat, intervention sociale, éducation populaire
Mots-clés dans une autre langue: city, urban planning, sexism, patriarchy, social intervention, non formal education
Abstract: Ce mémoire de recherche pose la question des rapports sociaux de sexe entre les femmes et les hommes dans notre société patriarcale et s’interroge sur la manière dont ils se manifestent dans l’utilisation et l’appropriation de l’espace public. À travers les apports théoriques venant du féminisme, de la sociologie, de l’urbanisme, de la géographie, et à travers un perspective critique et radicale, ce mémoire cherche à comprendre comment les dominations sont produites et reproduites au sein de l’espace public. Il cherche également à mettre en lumière la nécessité d’un changement de paradigme qui se baserait sur une grille de lecture féministe pour une transformation sociale permettant l’émancipation collective de toutes formes de dominations. A travers un méthodologie de recherche-action, au sein de l’ensemble Bagatelle-Faourette-Papus-Tabar-Bordelongue à Toulouse, cette recherche inclue les diverses parties prenantes (partenaires institutionnels, acteur.rice.s associati.f.ve.s, travaill.eur.euse.s socia.ux.les, habitant.e.s) à toutes les étapes. Du diagnostic du territoire à la création de nouvelles initiatives, ce travail s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire et participative, à l’aide d’outils tirés de l’éducation populaire et de la recherche sociologique. L’objectif de ce mémoire n’est pas uniquement d’envisager la question des inégalités entre femmes et hommes dans la ville en vue de penser des aménagement adaptés où les femmes se sentent bien. Celui-ci cherche à mettre en lumière les inégalités systémiques qui régissent notre société et qui se reflètent dans l'espace public, et de chercher ensemble des outils pour penser collectivement des moyens concrets, situés et adaptés aux besoins du terrain pour une transformation sociale collective.
Résumé dans une autre langue: This research asks the question of the social relations between women and men in our patriarchal society and questions the way in which they manifest themselves in the use and appropriation of public space. Through the theoretical contributions coming from feminism, sociology, city-planning, geography, and through a critical and radical perspective, this thesis aims to understand how dominations are produced and reproduced within the public space. It also seeks to highlight the need for a paradigm shift based on a feminist reading grid for a social transformation allowing collective emancipation from all forms of domination.Through an action-research methodology, within the group of neighborhoods of Bagatelle-Faourette-Papus-Tabar-Bordelongue in Toulouse, this research includes various participants (institutional partners, actor.rice.s associati. f.ve.s, social workers, residents) at all stages. From the field research to the creation of new initiatives, this work is part of a multidisciplinary and participatory perspective, using tools drawn from non-formal education and sociological research. The objective of this dissertation is not only to consider the issue of inequalities between women and men in the city to envision a form of suitable planning where women feel good. This research aims to highlight the systemic inequalities which govern our society and are reflected in the public space, and with the participants, it aims to create tools leading to concrete means of action, located and adapted to the needs on the ground for a collective social transformation.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/10989