Témoignages de guerre dans la littérature américaine

Jammes, Lucie (2020) Témoignages de guerre dans la littérature américaine. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Lucie.Jammes_these_3542.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Testimonies of war in American literature
Creators: Jammes, Lucie
Directeur de recherche: Cochoy, Nathalie
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Cultures Anglo-Saxonnes - CAS
Diplôme: Doctorat en Langues, Littératures, Arts et Civilisations du Monde Anglophone
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Anglais
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Lettres modernes > Anglais
Uncontrolled Keywords: Guerre ; Témoignage ; Fiction ; Histoire ; Expérience sensible ; Indicible ; Paysage
Mots-clés en anglais: War ; Testimony ; Fiction ; History ; Sensory experience ; Inexpressible ; Landscape
Abstract: Cette thèse s’intéresse aux diverses façons dont les auteurs de littérature américaine témoignent d’une expérience intime de la guerre. À travers l’analyse de témoignages littéraires allant de la guerre de Sécession à la guerre en Irak (Stephen Crane, Ernest Hemingway, Kurt Vonnegut, Tim O’Brien et Phil Klay), ce travail montre comment la violence extrême et la nature hors du commun de l’expérience de la guerre mettent l’écriture au défi et l’entraînent à se renouveler. En effet, les auteurs ont recours à divers procédés afin de contourner les notions d’« indicible » et d’« irreprésentable ». Grâce à des modalités discursives qui sapent la crédibilité de la figure du narrateur et invitent le lecteur à remettre en question la véracité de son récit, les auteurs soulignent une difficulté inhérente à l’acte testimonial : celle de raconter, sans la trahir, une vérité subjective. En outre, cette étude met en avant les modalités d’écriture auxquelles recourent les auteurs afin de s’éloigner des modes de représentation officiels de l’Histoire. Le recours à la fiction leur permet en effet de nuancer l’historiographie en révélant sa dimension éminemment subjective : en donnant à lire les impressions intimes du témoin, mais aussi les traces visibles à la surface de son corps, le témoignage de guerre met en lumière un versant « oublié » de l’Histoire : celui de l’expérience sensible. Grâce aux descriptions paysagères, les auteurs élaborent également une véritable poétique du témoignage et donnent à éprouver l’expérience du soldat par le biais de ce qui lui est fondamentalement extérieur. En effet, les émotions du témoin sont parfois inscrites au sein d’un paysage de guerre lisible, déchiffrable. Toutefois, lorsque le champ de bataille est redevenu un paysage banal, le paysage montre aussi, à travers ses vides et ses absences, l’inéluctable passage du temps et l’engloutissement des vestiges du passé. Pourtant, en creux, le paysage devenu ordinaire témoigne d’une permanence de l’Histoire : bien après l’effacement de ses traces, la guerre demeure dans la mémoire des vétérans, et au-delà de la surface du paysage, dans les profondeurs de la terre.
English abstract: This study examines how the authors of American literature testify to intimate experiences of war. By analyzing literary testimonies that range from the Civil War to the Iraq war (Stephen Crane, Ernest Hemingway, Kurt Vonnegut, Tim O’Brien and Phil Klay), this dissertation reveals how extreme violence and the out-of-the-ordinary nature of the war experience challenge and renew writing itself. The authors resort to various literary processes in order to circumvent the notions of the “inexpressible” and the “irrepresentable”. Through discursive modalities that undermine the credibility of the narrator and invite the reader to question the truthfulness of his story, the authors present a difficulty inherent to the act of testifying: narrating a subjective truth without falsifying or altering it. This study underlines the literary devices allowing the authors to draw away from the official modes of historical representation. Fiction indeed brings nuances to historiography by revealing its eminently subjective dimension. As they explore the intimate perceptions of the witness and decipher the visible traces on the surface of his body, war testimonies shed light upon the forgotten side of History: sensory experience. Through the description of landscapes, the authors thus elaborate the poetics of testimony and recreate the soldier’s experience through what is essentially external to him. Indeed, the witness’s emotions are sometimes inscribed in a readable, decipherable war landscape. However, when the battlefield has become an unremarkable place again, its emptiness and banality expose the inevitable passing of time and the engulfment of all vestiges of war by nature. Still, implicitly, common landscapes testify to the permanence of History: long after all traces of battles have disappeared, war remains in the memory of veterans, and underneath the surface of the landscape, deep within the earth.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/11154