A Linguistic and Stylistic Study of Once Upon a Time: Postmodern Version of the Genre

Vignau, Amaury (2020) A Linguistic and Stylistic Study of Once Upon a Time: Postmodern Version of the Genre. [Mémoire]

[img] Text

Amaury.Vignau_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (46MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: Etude lignuistique et stylistique de Once Upon a Time : version postmoderne du genre
Creators: Vignau, Amaury
Directeur de recherche: Le Prieult, Henry
Divisions: UFR Langues, Littératures et Civilisations Etrangères > Département Etudes du Monde Anglophone (DEMA)
Diplôme: M2 Etudes anglophones
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Anglais
Uncontrolled Keywords: Once upon a time, series, fairy tale, linguistics, stylistics, series analysis, power, Manicheanism, morality, morals, vocatives, appositions, order, women, questions, modals
Mots-clés dans une autre langue: Once upon a time, série, conte, merveilleux, linguistique, stylistique, analyse de série, pouvoir, manichéisme, morale, vocatifs, appositions, ordre, femmes, questions, modaux
Abstract: This paper presents a linguistic and stylistic study of American TV series Once Upon a Time, with a specific focus on a theme which is traditionally associated with the fairy tale genre: power. As an audiovisual support, the series is made of dialogues and staging. Hence, the interpersonal relationships between various characters have been subject to deep analyses. Chapter I explores onomastics and the way the protagonists address one another. It then considers to what extent OUAT uses fairy-tale and contemporary forms of address in the service of an unusual evolution of its characters. In a complementary way, Chapter II examines the distribution of power between the different protagonists, with a particular attention to verb forms and the different types of order. Finally, Chapter III explores the notion of power from an intertextual perspective, focusing on the place of the woman in the series. This study has thus revealed that OUAT both connects with the traditional fairy tale and distances itself from it. When the fairy tale offers a frame to understand morals, OUAT stages characters who are seeking to define morality in a place which is no longer under the yoke of Manicheanism. Good is not perfectly good and bad is not perfectly bad; and power consistently passes from the hands of the strong into the hands of the weak and vice versa. OUAT can be defined as a new kind of fairy tale which enables to perceive some morals, certainly less idealised than those in traditional fairy tales but much more abstruse due to its proximity to the complex contemporary society.
Résumé dans une autre langue: Ce mémoire présente une étude linguistique et stylistique de la série télévisée américaine Once Upon a Time et se concentre sur un thème traditionnellement associé au genre du conte merveilleux : le pouvoir. En tant que médium audiovisuel, la série est composée de dialogues et de mises en scène. Par conséquent, les relations interpersonnelles entre les différents personnages ont été sujettes à discussion. Le premier chapitre considère le domaine de l’onomastique et les manières avec lesquelles les protagonistes s’adressent les uns aux autres. Il est ensuite observé la mesure dans laquelle OUAT utilise un mélange de formes d’adresse du conte et de dialogues contemporains dans le but de servir une évolution inhabituelle de ses personnages. De manière complémentaire, le deuxième chapitre examine la répartition du pouvoir en portant une attention particulière au domaine verbal et aux différents types d’ordre. Enfin, le troisième et dernier chapitre explore la notion de pouvoir avec une approche intertextuelle et se focalisant sur le rôle de la femme dans la série. L’étude globale a révélé que OUAT à la fois s’ancre dans le merveilleux et s’en distancie. Alors que le conte traditionnel offre un cadre rendant la morale accessible, OUAT met en scène des personnages cherchant à définir une morale dans un lieu qui n’est plus sous le joug du manichéisme. La frontière entre le bien et le mal s’efface et le pouvoir passe sans cesse des mains des puissants à celles des faibles, et inversement. L’objet culturel OUAT peut être ainsi bel et bien défini comme un nouveau type de conte qui permet de percevoir des morales, certes moins idéalisées que celles des contes traditionnels, mais bien plus absconses du fait de sa proximité avec une société contemporaine complexe.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/11200