La prise en soin des personnes victimes de violences sexuelles

De Béarn, Héloïse (2019) La prise en soin des personnes victimes de violences sexuelles. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Héloïse.De Béarn_master2.pdf


Télécharger (1MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: De Béarn, Héloïse
Directeur de recherche: Bastiani, Flora
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Ethique du soin et recherche (philosophie, médecine, droit)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Morale, éthique
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Santé publique
Uncontrolled Keywords: éthique, violences sexuelles, soin, féminisme, statut de victime
Mots-clés dans une autre langue: ethics, sexual abuse, health-care, feminism, victim-status
Abstract: Toutes les neuf minutes en France, une femme subit un viol ou une tentative de viol. Les nombreux témoignages lors du mouvement #MeToo en 2017 ont montré que les violences sexuelles ne sont pas un problème individuel mais un fait social. Nous avons voulu nous pencher sur l’impact des représentations de la culture du viol sur le soin dont peuvent bénéficier les personnes victimes. L’aspect médico-judiciaire de la prise en soin implique souvent l’adhésion à un statut de victime à partir duquel la dimension sociale des violences subies est neutralisée. Pour autant, nous avons constaté que les représentations sociales autour des violences sexuelles influencent la qualité des soins aux personnes victimes, de même qu’elles peuvent conduire à un défaut de soin. Face à cette ambiguïté, nous avons cherché à mesurer la dimension thérapeutique des pratiques et savoirs féministes en matière de soins après des violences sexuelles afin d’ouvrir la réflexion pour une prise en charge adaptée qui prendrait la juste mesure de la gravité des violences sexuelles tout en laissant la possibilité aux personnes de s’autodéterminer.
Résumé dans une autre langue: Every 9 minutes in France, a woman is subjected to rape or attempted rape. Many submissions collected during the #MeToo protest movement have shown that sexual abuse is not an individual problem, but a major social fact. We wanted to question the influence of rape-culture on the type of healthcare victims can get. The Medico-legal aspect of care seems to involve being granted the victim status, from which the social dimension of sexual abuse is erased. However, we noted that the social constructs surrounding sexual abuse impacted access to quality healthcare. Considering that ambiguity, we have sought the therapeutic dimension of feminist knowledge and practice, to broaden thinking patterns on appropriate care, which would not only recognize the severity of sexual abuse, but also let people have the right to self- determination.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/11525