La démocratie en cause : les figures de la justice sociale africaine à partir de Rousseau et de Rawls

Behi, André Donatien (2021) La démocratie en cause : les figures de la justice sociale africaine à partir de Rousseau et de Rawls. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

André Donatien.Behi_these_4431.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (2MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Democracy in question : figures of African social justice from Rousseau and Rawls
Creators: Behi, André Donatien
Directeur de recherche: Lepan, Géraldine
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs - ERRAPHIS
Diplôme: Doctorat en Philosophie
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Morale, éthique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Philosophie occidentale moderne
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Science politique
Uncontrolled Keywords: Peuple ; Liberté ; Justice ; Société ; Égalité ; Politique
Mots-clés en anglais: People ; Freedom ; Justice ; Society ; Equality ; Politics
Abstract: Nous nous proposons de penser la question de la démocratie en contexte africain dans une double vision avec Rousseau et Rawls. Ces deux philosophes ont élaboré des théories qui ne cessent de questionner les sociétés modernes investies dans l’instauration de la démocratie. La souveraineté rousseauiste ne repose ni sur le divin, ni sur l’autorité paternelle, ni sur la force, mais sur un pacte d’association où le peuple demeure souverain. La légitimité démocratique se révèle alors dans l’applicabilité des lois comme expression de la volonté générale. Partant de cette souveraineté, Rawls propose sa conception d’une société juste fondée sur une théorie du contrat social et du choix rationnel (comme un processus fictif), où les contractants choisiraient des principes justes (derrière un voile d’ignorance) pour guider l’orientation de la société (historique). La Constitution, la législation et la politique découlent du caractère juste des deux principes. Pour une société juste, pendant que Rousseau cherche à justifier l’autorité politique, Rawls vise la loi juste comme le désir de cette même autorité. C’est à partir de ces deux visions complémentaires et des principes systématisés qui en découlent que nous analysons et critiquons la démocratie africaine.
English abstract: We propose to reflect on democracy in African context with both point of views of Rousseau and Rawls. These two philosophers have elaborated theories that have kept questioning modern societies invested in instauration of democracy. According to Rous-seau, sovereignty does not rely on either divine, or paternal authority, or strength but a pact of association where the people remains sovereign. Democratic legitimacy is then revealed in the applicability of laws as an expression of the general will. Starting from this sovereignty, Rawls proposes his conception of a fair society based on a theory of the social contract and of rational choice (like a fictitious process), where the contractors would choose fair principles (behind a veil of ignorance) to guide the direction of the society (historical). Constitution, legislation and policy derive from the fairness of the two principles. For a fair society, while Rousseau seeks to justify political authority, Rawls aims at fair law as the desire for that same authority. It is from these two com-plementary visions, and the resulting systematized principles that we analyze and criti-cize African democracy.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/11554