Comment lier sauvegarde du patrimoine et valorisation économique. Le cas des arbres têtards de Matheysine (Isère)

Autant, Nina (2021) Comment lier sauvegarde du patrimoine et valorisation économique. Le cas des arbres têtards de Matheysine (Isère). [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Nina.Autant_master1.pdf


Télécharger (5MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Autant, Nina
Directeur de recherche: Chapron, Emmanuel
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M1 Géographie des changements environnementaux et paysagers
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Agriculture, économie et politique
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Economie > Développement durable
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes de l'environnement > Environnement et société
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie rurale
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Paysage
Uncontrolled Keywords: Matheysine, Arbre têtard, Inventaire, Développement territorial, Frêne élevé, Bocage
Mots-clés dans une autre langue: Matheysine, Pollarded tree, Inventory, Territorial development, Ash, Bocage
Abstract: Le territoire de la Matheysine est riche de ses arbres taillés en têtard, façonnés autrefois pour répondre aux différents besoins de la société rurale. Considéré comme l’arbre paysan aux mille usages, l’arbre têtard permettait d’obtenir une importante quantité de bois nécessaire à la cuisson, au chauffage et à l’élaboration des objets du quotidien, ainsi qu’une ressource fourragère cruciale pour alimenter le troupeau lors des longs mois hivernaux. Cette pratique donnait accès à un rendement régulier en matière ligneuse sans nuire à l’arbre, dans une société montagnarde déjà fortement déboisée. Seulement, d’autres sources d’énergie comblent aujourd’hui nos besoins délaissant les arbres têtards qui jalonnent encore nos chemins et nos haies. Néanmoins, il fleurit depuis peu en France, des initiatives visant à sauvegarder ce patrimoine naturel que constituent les arbres têtard ainsi que le bocage, paysage auquel les trognes sont souvent intégrées. Conserver ces éléments patrimoniaux peut apporter de nombreux avantages aux agriculteurs et aux éleveurs du territoire tout en étant bénéfique pour la biodiversité. C’est en 2015 que l’association Drac Nature débute le premier inventaire exhaustif d’arbres têtards en France, sur le territoire de la Communauté de Commune de la Matheysine au Sud de l’Isère. Ce dernier ne s’achèvera qu’en 2021 avec près de 70 000 arbres recensés, dont près de la moitié sont des Frêne élevé (Fraxinus excelsior). Ces résultats montrent une remarquable densité en arbres têtards, bien que seulement 20 % d’entre eux ait été entretenu durant ces dix dernières années et témoignent ainsi d’un usage, aujourd’hui désuet de ces arbres. Cependant, ceux-ci s’ils sont valorisés, peuvent être une chance pour le développement du territoire dans un contexte de quête de résilience. C’est pourquoi dès 2018, Drac Nature a initié une étude afin d’identifier les potentialités du territoire dans le but de mettre en place un projet de filière de valorisation autour des produits résultant de la taille de ces arbres particuliers.
Résumé dans une autre langue: The Matheysine region is rich in pollarded trees, which were once shaped to meet the various needs of rural society. Considered as the peasant tree with a thousand uses, the pollarded tree provided a large quantity of wood necessary for cooking, heating and making everyday objects, as well as a crucial fodder resource to feed the herd during the long winter months. This practice gave access to a regular yield of wood material without harming the tree, in a mountain society that was already heavily deforested. However, other sources of energy nowadays meet our needs, leaving behind the pollarded trees that still line our paths and hedges. Nevertheless, recently in France, there have been initiatives aimed at safeguarding the natural heritage of pollarded trees and the bocage, a landscape in which trognes are often integrated. Conserving these heritage elements can bring many benefits to farmers and breeders while also being an asset for biodiversity. In 2015, the Drac Nature association began the first exhaustive inventory of pollarded trees based on the territory of the Communauté de Commune de la Matheysine in southern Isère. This one will not be completed until 2021 with almost 70,000 trees identified, almost half of which are High Ash (Fraxinus excelsior). These results show a remarkable density of pollarded trees, although only 20% of them have been maintained over the last ten years and thus testify to the fact that these trees are no longer used. However, if they are valued, they can be an opportunity for the development of the territory in the context of the quest for resilience. This is why, in 2018, Drac Nature initiated a study to identify the potential of the territory with the aim of setting up a project for a value chain based on the products resulting from the pruning of these particular trees.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/13689