La pratique du religieux dans les espaces d'enfermement: l'exemple des centres de rétention administrative.

Serier, Alexis (2016) La pratique du religieux dans les espaces d'enfermement: l'exemple des centres de rétention administrative. [Mémoire]

[img] Texte (PDF)

Serier_Alexis_M22016.pdf


Accès : Non accessible

Télécharger (2MB) | Demander une copie
Type de document: Mémoire
Auteurs: Serier, Alexis
Directeur de recherche: Valtchinova, Galia
UFR / Composantes: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Anthropologie
Diplôme: M2 Anthropologie Sociale et Historique
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Anthropologie sociale et ethnologie
Résumé en français: Les années 1970, notamment avec l’arrivée de Valérie Giscard d’Estaing à la présidence, marquent l’arrivée d’une politique inhospitalière à l’égard des étrangers irréguliers : durcissement des frontières, application des lois Pasqua, contrôle technologique de plus en plus accru. Cela a favorisé l’apparition de la clandestinité. En effet, nombreux sont les étrangers qui décident de faire l’expérience de la clandestinité en quittant leur pays d’origine afin de rejoindre le territoire souhaité en vue d’y trouver une protection politique, financière, etc. Afin de limiter l’immigration clandestine, en plus des différentes actions entreprises aux frontières, l’Etat français a doté son territoire d’établissements administratifs (les centres de rétention administrative) qui ont pour principal objectif d’organiser l’éloignement des étrangers irréguliers. Les centres de rétention sont donc des établissements punitifs et disciplinaires, placés sous le contrôle du Ministère de l’Intérieur. L’entrée dans ces lieux hors du commun se matérialise, pour l’étranger, par une dépossession corporelle et identitaire, ainsi que par la peur et l’attente d’une potentielle expulsion. C’est pourquoi, nombreux sont les étrangers enfermés qui vont, le temps de la rétention, investir le religieux afin d’y trouver un soutien, de pouvoir améliorer leur temps de rétention, de pouvoir contester l’institution, etc. Cette étude menée au centre de rétention administrative de Lyon-Saint-Exupéry a pour objectif d’étudier les différents usages du religieux dans ces espaces, d’en comprendre les logiques, les causes et les conséquences.
Résumé dans une autre langue: The 70's, in particular with Valerie Giscard d'Estaing's arrivals to the presidency, marks an unfriendly policy towards the irregular foreigners: reinforcing border control systems, enforcing Pascua's laws, strengthening of the technological controls. It turned easier the development of the underground. Indeed, there are many foreigners who decided to experience the underground by leaving their country of origin to join wished territories to find a political, financial protection there. To limit the illegal immigration, the French Government set up Administrative Detention Centers with the aim to organize the discourage of the irregular foreigners. The Administrative detention centers are punitive and disciplinary establishments, placed under the control of the Ministry of Interior. The arrival in one of these outstanding places materializes, for the foreigner, by a physical and identity dispossession, as well as by a fear and the expectation of a potential expulsion. That’s why, there are many locked foreigners that will invest their interest on a religious order to find a support able to improve their retention and be able to question the institution. These study made in the detention center of Lyon-Saint-Exupery has for objective to study the various uses of the religion in these spaces, and understand the logics, the causes and the consequences.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/1392