Les catholiques toulousains durant la Première Guerre mondiale

Nou, Florine (2016) Les catholiques toulousains durant la Première Guerre mondiale. [Mémoire]

[img] Text

nou_florine_M22016.pdf


Accès : Repository staff only jusqu'au 28 June 2021.

Télécharger (5MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Nou, Florine
Directeur de recherche: Foro, Philippe
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Histoire
Diplôme: M2 Histoire et Civilisations modernes et contemporaines
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire contemporaine
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire des religions > Christianisme
Uncontrolled Keywords: Catholiques, Première Guerre mondiale, Toulouse, Eglise, 20e siècle, Mobilisation
Abstract: La Première Guerre mondiale est une guerre totale, et se caractérise donc par la mobilisation de toutes les forces vives du pays au nom de l’Union sacrée. Avec la loi dite « curé sac à dos », les ecclésiastique en âge de combattre sont appelés à rejoindre leurs concitoyens au front. La mobilisation sur le champ de bataille des prêtres provoque un vide du personnel ecclésiastique et nécessite une réorganisation du diocèse. Les catholiques toulousains restés à l’arrière, hommes comme femmes, s’organisent pour pallier ce vide et organiser l’aide humanitaire indispensable. De nombreuses oeuvres de guerre sous le patronage de l’Église ou de fidèles catholiques voient le jour à Toulouse. Cette mobilisation des forces vives des catholiques toulousains se couple d’une mobilisation spirituelle. La religion est mise à contribution. Le conflit fait surgir une religion de guerre, à laquelle les catholiques toulousains prennent part. La distinction entre sacré et profane évoluent durant le conflit, comme en témoigne l’organisation de cérémonies religieuse dans un champ, tout près du front. La guerre provoque également de nouveaux comportements religieux. Bon nombre de Toulousains se rapprochent du catholicisme les premières semaines de la guerre. Mais plus qu’un réveil religieux, il s’agirait plutôt d’un retour religieux : des individus ayant déjà eu une éducation religieuse, ou ayant été baptisés se rapprochent du catholicisme. Une fusion entre catholicisme et patriotisme est visible, notamment dans les discours de justification de la guerre. Cette situation laisse supposer que les catholiques ont, par la guerre, retrouvé une place dans la vie politique et sociale de Toulouse. Toutefois, l’importance de plusieurs controverses anticléricales révèle les limites de cette fusion et de l’Union sacrée à Toulouse. Ainsi, la rumeur infâme est une de ces controverses et est particulièrement virulente à Toulouse.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/1603