Repenser le clown comme être plastique

Obin, Caroline (2016) Repenser le clown comme être plastique. [Mémoire]

[img] Texte (PDF)

obin_caroline_M22016.pdf


Accès : Non accessible

Télécharger (21MB) | Demander une copie
Type de document: Mémoire
Auteurs: Obin, Caroline
Directeur de recherche: Buignet, Christine
UFR / Composantes: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Arts Plastiques - Design
Diplôme: M2 Création Artistique, Théorie et Médiation
Sujets: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Photographie
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle
Mots-clés en français: clown, arts plastiques, vidéo, installation, photographie, mise en scène, art du spectacle, rire, cirque, plasticité, art clownesque
Résumé en français: Comment la reconsidération du clown sous le régime de visibilité des arts plastiques permet-elle d’en dégager une plasticité constitutive ? Comment son implantation dans le champ des arts plastiques permet-elle d’éprouver cette plasticité ? Et comment cette recherche sur la plasticité du clown permet-elle de créer de nouveaux territoires d’actions pour ce dernier ? voire de nouvelles formes ? Les trois axes de mon mémoire s’appuient sur les trois aspects principaux de la démarche artistique que je mène depuis vingt ans et que je questionne dans le champ des arts plastiques depuis trois ans. Celle de la définition du territoire du clown en tant qu’être plastique à travers l’étude de Proserpine et d’un point de vue pratique à travers la création d’objets plastiques. La mise en question du corps social par la présence du clown en milieu humain à travers une pratique performative du clown. Et pour finir La création de nouveaux territoires d’actions pour Proserpine par le déplacement du personnage dans le champ des arts plastiques et d’un certain nombre de déplacements dans le dispositif clown lui-même. C’est à partir d’une analyse d’un point de vue historique, ontologique, phénoménologique et sociologique que je tenterai de dégager et de décrire la plasticité du clown. C’est à partir d’une dimension critique de la plasticité que mettrai le clown dans les arts plastiques en regard des œuvres de plasticiens avec mon propre travail dont la particularité est la place centrale de clown et d’artiste-clown c’est-à-dire de Caroline Obin-Proserpine.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/1666