L'image négative de la femme dans la gravure des XVIe et XVIIe siècles

Garnier, Justine (2016) L'image négative de la femme dans la gravure des XVIe et XVIIe siècles. [Mémoire]

[img] Text

garnier_justine_vol1_M22016.pdf


Accès : Repository staff only jusqu'au 15 January 2017.

Télécharger (3MB) | Request a copy
[img] Text

garnier_justine_vol2_M22016.pdf


Accès : Repository staff only jusqu'au 15 January 2017.

Télécharger (35MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Garnier, Justine
Directeur de recherche: Julien, Pascal
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Histoire de l'Art et Archéologie
Diplôme: M2 Histoire de l'Art et Patrimoine : moderne et contemporain
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Art moderne
Uncontrolled Keywords: Images, figurations, allégories, personnifications, femme, épouse, vices, péchés, défauts, sorcières, misogynie, misogyne, Cléopâtre VII
Abstract: La femme des XVIe et XVIIe siècles est au cœur des questionnements et notamment du débat littéraire que l'on nomme la "querelle des Femmes". Mais l'image de la gent féminine que renvoient ces écrits demeure dans son ensemble très négative. Les préjugés et les théories dénigrants le sexe féminin perdurent dans l'esprit de la plupart des contemporains de cette époque, qu'ils soient religieux ou laïcs, et continuent d'être véhiculés par le biais de l'imprimerie. Dans cette diffusion des idées, l'art de l'estampe a joué un rôle majeur. Devenu un véritable outil de communication à partir du XVIe siècle, il a permis à l'ensemble de la population d'accéder aux idées détenues à l'égard des femmes grâce au langage qu'est celui de l'image. Nombreuses sont les images imprimées illustrant la "mauvaise" femme des XVIe et XVIIe siècles qui circulent partout en Europe occidentale. Quelles idéologies traduisent ces représentations estampées? Il s'agit là d'une des questions à laquelle notre étude se propose de répondre. En effet, tout l'enjeu de ce travail est de comprendre le message que renferment ces estampes et de démontrer que ces représentations négatives de la femme sont à l'image du discours détenu par les clercs mais aussi par un grand nombre de "misogynes" laïcs des Temps modernes.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2028