Rapports sociaux des espaces protégés : étude de cas au Québec, Canada

Montoulieu, Manon (2016) Rapports sociaux des espaces protégés : étude de cas au Québec, Canada. [Rapport de stage]

[img] Texte (PDF)

montoulieu_manon_M22016.pdf


Accès : Non accessible

Télécharger (73MB) | Demander une copie
Type de document: Rapport de stage
Auteurs: Montoulieu, Manon
Directeur de recherche: Briane, Gérard
UFR / Composantes: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Géographie de l'Environnement et du Paysage
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie
Mots-clés en français: Rapports sociaux, Espace protégé, Conflit, Acceptation sociale
Mots-clés dans une autre langue: Social relations, Protected space, Conflict, Social acceptance
Résumé en français: La création d’un espace protégé conduit régulièrement à des différends entre la population locale et les activités développées sur le territoire en question. L’étude des rapports sociaux des espaces protégés est un questionnement relativement récent, contexte dans lequel s’insère le présent rapport. L’objectif est ici de comprendre les dynamiques et les raisons qui sont à l’origine de conflit ou d’acceptation sociale dans la mise en place de tels ouvrages. Par ailleurs, nombre d’entre eux sont établis par les instances publiques que nous connaissons, et peu de recherches traitent des initiatives privées, objet même de ce rapport. Le choix du Canada comme entité territoriale permet d’illustrer cette analyse dans un pays où est rendu accessible la création d’espaces protégés par des organismes privés. Une contextualisation scientifique et territoriale du sujet sera alors traitée avant d’aborder l’étude de cas et ses enjeux. TerraVie, Organisme Sans But Lucratif, basé au Québec, en charge de la Réserve naturelle du Lac-du-Brochet, constituera l’illustration de ce rapport. Depuis sa création en 2006, cette réserve naturelle suscite bien des questionnements de la part des riverains et est source de polémique. Une enquête de terrain a alors été engagée, dont le résultat fait état de trois personnes ressources et 40 personnes interrogées. L’étude qui va être présentée a pour but d’examiner et d’analyser les relations sociales qui s’opèrent autour de la réserve naturelle afin d’en comprendre les dynamiques, et d’y apporter certaines explications.
Résumé dans une autre langue: The creation of a protected area regularly leads to disputes between local people and the activities developed in the territory in question. The study of the social relations of protected areas is a relatively recent questioning, the context in which this report fits. The aim is to understand the dynamics and the reasons that are causing conflict or social acceptance in the development of such structures. Moreover, many of them are established by public bodies that we know, and little research dealing with private initiatives, object of this report. The choice of Canada as a territorial entity can illustrate this analysis in a country that is made available the creation of protected areas by private organizations. Scientific and territorial contextualization of the subject will be treated before tackling the case study and its issues. TerraVie, a Non-Profit Organization, based in Quebec, which is in charge of the Nature Reserve of Brochet Lake, will be the illustration of this report. Since its creation in 2006, it raises many questions from residents and is a source of controversy. A field survey was then undertaken, the result reported three resource persons and 40 respondents. The study will be presented aims to examine and analyze social relations that take place around the nature reserve in order to understand the dynamics, and to make some explanations.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2076