Le monde des électrohypersensibles. Le processus d'attribution des symptômes à la lumière des représentations des malades.

Fages, Alexis (2016) Le monde des électrohypersensibles. Le processus d'attribution des symptômes à la lumière des représentations des malades. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

fages_alexis_M12016.pdf


Télécharger (2MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Fages, Alexis
Directeur de recherche: Barrey, Sandrine
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Sociologie
Diplôme: M1 Recherche et Etudes Sociologiques (RES)
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
Uncontrolled Keywords: Electrosensibilité, Electrohypersensibilité, EHS, Maladie environnementale, Représentations sociales, Attribution, rationalités, Polyphasie cognitive, Discours, IRaMuTeQ, Mondes lexicaux, Socioinformatique.
Mots-clés dans une autre langue: Electrosensitivity, Electrohypersensitivity, Cognitive polyphasy, Environmental disease
Abstract: L’électrosensibilité ou « électrohypersensibilité » (EHS) est une maladie environnementale émergente dans laquelle des symptômes variés (maux de tête, raideurs articulaires, fatigue chronique, échauffements cutanés, démangeaisons, vertiges…) sont attribués par les malades aux rayonnements électromagnétiques d’origine technique qui nous entourent. Dans une première partie, ce mémoire situe l’EHS dans la controverse sur les ondes et étudie les jeux d’arguments et les rationalités des principaux acteurs de cette controverse. De là, il relève la centralité de l’expérience individuelle des malades dans le développement de cette maladie, et la nature composite des rationalités mises en jeu. Une deuxième partie propose d’explorer les spécificités des malades sous une approche représentationnelle. Une analyse socioinformatique des classes de discours à l’aide du logiciel IRaMuTeQ menée sur près de 250 témoignages de malades éclaire l’articulation des rationalités dans leur discours ainsi que l’évolution de leur rapport à la maladie, et permet de proposer une vision du monde qui leur est commune. Si les malades étudiés ne semblent pas se distinguer d’autres malades dans leurs représentations du corps et de la maladie, on verra qu’ils entretiennent un rapport à la technique et un système de valeurs qui peuvent contribuer à expliquer le processus d’attribution allant des symptômes vers cette maladie.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2261