Ce que les adolescents font des théories du complot. L'attribution de crédibilité au croisement du médiatique et du social

Cayrel, Jane (2016) Ce que les adolescents font des théories du complot. L'attribution de crédibilité au croisement du médiatique et du social. [Mémoire]

[img]
Prévisualiser
Texte (PDF)

cayrel_jane_M22016.pdf


Télécharger (861kB) | Prévisualiser
Type de document: Mémoire
Auteurs: Cayrel, Jane
Directeur de recherche: Boubée, Nicole
UFR / Composantes: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Education aux médias et à l'information (EMI)
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'information et de la communication
Mots-clés en français: Adolescents, Théorie du complot, Complotisme, Information d'actualité, Jugement de crédibilité, Pratiques médiatiques
Résumé en français: Aucune étude empirique sérieuse n'est venue jusqu'à présent appuyer le discours alarmiste sur l'adhésion prétendument massive des adolescents aux théories du complot. C'est l'enjeu de cette enquête menée par questionnaire auprès de 283 lycéens scolarises en classe de Seconde que d'avoir voulu combler cette lacune en mesurant d'une part, la prégnance d'un imaginaire du complot propre à cette classe d’âge, d'autre part, le poids des déterminants sociaux et des pratiques informationnelles dont les travaux menés dans le domaine de l'Information Seeking Behavior suggèrent qu'ils contribuent fortement a la formation du jugement de crédibilité. Les hypothèses testées ont été pour partie seulement validées par l'enquête et nos résultats militent finalement pour une lecture nuancée du phénomène. S'il semble bien que les adolescents manifestent en moyenne une plus grande perméabilité que les adultes à l'égard des interprétations ≪ alternatives ≫ de l'actualité, cette apparente ≪ crédulité ≫ recouvre une réalité complexe ou les modalités singulières de la réception le disputent a l'influence décisive de l'exposition. En l'occurrence, les déterminants sociaux et l'environnement informationnel semblent moins jouer dans la formation du jugement que le contexte de réception des énoncés complotistes. La réside sans doute le principal enseignement de ce mémoire mais aussi sa limite puisque les données récoltées ne nous ont pas permis d'explorer cette dimension comme elle aurait mérité de l'être.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2452