Créations Botaniques, enjeux et nouvelle posture de designer

De Rivas - Garric, Lucas (2017) Créations Botaniques, enjeux et nouvelle posture de designer. [Mémoire]

[img] Text

luca-derivas-2017.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: De Rivas - Garric, Lucas
Directeur de recherche: Caumon, Céline
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Concept, design, usages et modes de vie
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Théorie de l'art
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Art contemporain
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes de l'environnement > Biodiversité et écologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie > Culture
Uncontrolled Keywords: Végétal, nature, design, ethnobotaniste
Abstract: La botanique en tant que science naturelle est aussi ancienne que l’humanité et peut être même d’avantage, car l’homme disposait déjà de la connaissance innée du fruit, de la feuille, de la pousse. D'autres sciences peuvent-elles ainsi revendiquer une origine plus ancienne que l’humanité elle même ? Dans les régions équatoriales les chantiers d’abattages offrent le spectacle tragique et sanglant de la forêt détruite par les coupeurs de bois, aidés par la technologie. Notre lien primitif avec la nature est détruit. Ce lien fragile était pourtant l’essence même d’une harmonie entre notre société et la terre. Les plantes, les arbres sont au coeur des recherches sur l’âme. Âme de mémoire, de sensibilité. L’évolution a bien conféré la faculté d’une âme de mémoire qui leur permet d’adapter leur métabolisme et leur développement aux conditions de leur environnement. Cette théorie sur l’âme de mémoire, et de sensibilité nous ramène aux idées d’égalités entre les espèces végétales, animales et humaine. Nous sommes un cercle, un circuit fermé. Mais l’homme détruit ce cricuit et en le détruisant il se détruit lui même. Mon travail de designer me permet aujourd’hui de me positionner dans cette société. Mes recherches sur le végétal, la botanique la Terre et l’homme sont pour moi la source clé de mon inspiration. Je me place dans cet écrit en tant que designer ethnobotaniste, une fusion entre design ethnologie et botanique. Je vais vous prouver qu’il est possible de rétablir notre lien «primitif» avec la nature. Remettre la nature à sa juste place dans notre société. Il est question d’une covalence entre la pratique du design, de l’ethnologie et de la botanique. Un échange et un cycle profitable autant à l’homme qu’à la nature. Mes recherches sont le vecteur d’une pensée écoresponsable en montrant du doigt le devoir que doit acomplir chaque humain dans l’espoir d’une société plus verte. J’ai le désir de pratiquer un design visant à traiter aussi bien l’objet que les rapports entre l’homme et le végétal. Faire passer des messages en montrant l’importance du végétal dans nos vies, transmettre des sensations et apporter de l’importance à l’usager. Réiquilibrer une vie urbaine poussée parfois à l’extrème. Redonner du sens au végétal et le rendre accéssible. La clé de notre survie se trouve sous nos pieds : la Terre.
Résumé dans une autre langue: Botany is today a science, it has developed to the point of marking our contemporary society. It took the form of a popular craze in favor of plants and their uses. Botany as a natural science most older than humanity and may be even more, man already possesses the innate knowledge of the fruit, the leaf, and the grow. Can other sciences thus claim an earlier origin than humanity itself? We are blind and selfish. We think we are alone in the universe, on this earth. However nature, the plants were there long before us. Their systems of intrasic communication are much more powerful than all the foundations of our society. Research in plant physiology now proves that the palnts, the earth, the animals are a network. A cell that today is imperceptible to us poor sapiens. Evolution has conferred upon us the intelligence, the faculty of conceiving, of undertaking and of reflecting, we use this gift to bad een. Plants, trees are at the heart of research on the soul. Soul of memory, sensitivity. This theory on the soul of memory and sensibility brings us back to the ideas of equality between plant, animal, and human species. We are a circle, a closed circuit. But man destroys this cricuit and destroying it destroys itself. Our cities are by definition, the paradise of concrete and the ultimate in artificiality. However, it is important to put forward the advance of our mentalities and our ways of life. My work as a designer now allows me to position myself in this society, my research about plants, botany, earth and man are for me the key source of my inspiration. I place myself, in this writing, as an ethnobotanist designer, a fusion between ethnology, botanical and design. I will prove to you that it is possible to reestablish our «primitive» connection with nature. Restoring nature to its rightful place in our society. There is a question of covalence between the practice of design, ethnology and botany. An exchange and a cycle profitable both to man and to nature. My research is the vector of eco-responsible thinking by pointing out the duty that each human must fulfill in the hope of a greener society. I have the desire to practice a design treating the object and the relationships between man and plant. Passing messages to show the importance of the plant in our lives, transmit sensations and giving importance to the user. Re-balance an urban life sometimes pushed to the extreme. Restore meaning to the plant and make it accessibl
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2811