Jouer en ville : du potentiel du jeu au design de potentiel

Grange, Mathilde (2017) Jouer en ville : du potentiel du jeu au design de potentiel. [Mémoire]

[img] Text

grange_mathildeM22017.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (10MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Grange, Mathilde
Directeur de recherche: Caumon, Céline
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Concept, design, usages et modes de vie
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
Uncontrolled Keywords: jeu, jouer, ville
Mots-clés dans une autre langue: Play, Game, City urban
Abstract: Ce mémoire sur le jeu dans la ville, se donnait pour objet de démontrer dans quelle mesure le designer peut être un acteur réel et d’expliquer la démarche d’un designer qui, à partir d’un constat transversal sur la ville, redécouvre le potentiel peu exploité du jeu. De plus en plus peuplée, la ville voit son modèle fonctionnaliste décliner : elle ne fait plus appel à sa symbolique propre et accroit l’individualisme. Le but serait donc de renouveler les espaces urbains en analysant les usages des habitants, permettant alors une réappropriation de l’espace public. Les nombreux projets de design contemporains conçus pour le milieu urbain en impliquant les usagers contextuels, en montre l’efficience. L’hypothèse ici développée est que le jeu peut être une activité qui potentialise le vivre-ensemble. Il est présent en puissance dans la ville, mais ne s’exprime que partiellement Ses qualités intrinsèques et ses différentes acceptions permettent de le considérer comme un acteur majeur dans la société. Pour actualiser ce potentiel, un designer d’un nouveau genre se dessine, qui loin de faire fi de ce qui existe, propose plutôt des solutions concrètes permettant d’améliorer les conditions du vivre-ensemble. L’aire de jeux, en raison de son caractère central dans la ville, est un lieu charnière qui allie ludique et rencontre. Elle place les enfants, futurs agents du monde, au cœur de l’espace urbain en créant des lieux qui potentialisent leur créativité. Cet appel à l’imaginaire, développe une pensée divergente qui les conduira à oser la subversion.
Résumé dans une autre langue: This thesis about playing in the city, wanted to demonstrate how the designer can be a real actor in the society and wanted to explain the approach of a designer who, starting from a transversal observation on the city, rediscovers the potential of the game. The city is increasingly populated and its functionalist model is declining: it no longer uses its own symbolism and increases individualism. The aim would be to renew urban spaces by analyzing the inhabitants' uses, thus allowing a reappropriation of public space. The many contemporary design projects designed for the urban environment involving the contextual users, shows its efficiency. The hypothesis developed here is that playing can be an activity that potentiates life-together. It is present in power in the city, but only partially expresses Its intrinsic qualities and its different meanings make it possible to consider it as a major actor in society. To realize this potential, a designer of a new genre is emerging, far from ignoring what exists, rather proposes concrete solutions to improve living conditions together. The playground, because of its central character in the city, is a hinge place that combines playfulness and encounter. It places children, the future agents of the world, at the heart of the urban space by creating places that potentiate their creativity. This appeal to the imaginary, develops a divergent thinking that will lead them to dare subversion.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/2899