Estime de soi et projets de vie: étude exploratoire et comparative réalisée auprès de jeunes adultes âgées de 19 ans.

Gatti, Sarah (2017) Estime de soi et projets de vie: étude exploratoire et comparative réalisée auprès de jeunes adultes âgées de 19 ans. [Mémoire]

[img] Text

gatti_sarahM12017.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (4MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Gatti, Sarah
Directeur de recherche: Oubrayrie-Roussel, Natahalie
Divisions: UFR de Psychologie
Diplôme: M1 Psychologie
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie
Uncontrolled Keywords: Age adulte émergent, Estime de soi, Pratiques éducatives parentales, Séparation couple parental, Projets de vie.
Abstract: Cette étude, à visée exploratoire, a été élaborée en vue de mettre en évidence dans quelle mesure le vécu de la séparation parentale et les pratiques éducatives parentales influencent l’estime de soi et le projet des adultes émergents. Nous souhaitions interroger la question du projet de vie sentimental, familial et professionnel des jeunes adultes émergents dans la société actuelle et au regard de leur appartenance à une famille traditionnelle ou non. Cette étude s’inscrit dans une perspective socio-constructiviste où le projet est considéré comme un processus qui se construit en interaction entre l’individu et son environnement (Huteau, 1982 ; Dumora, 1990 ; Charpentier & al., 1993). De plus, nous nous sommes également appuyées sur les travaux de Safont-Mottay (1992), qui a démontré que l’estime de soi a une influence sur le projet des adolescents dans le sens où plus l’estime de soi est élevée, plus les projets sont élaborés. Nous appréhendons donc l’estime de soi dans une perspective multidimensionnelle qui admet que le sujet s’évalue différemment en fonction du domaine considéré important pour lui-même (Harter, 1978 ; 1986 ; 1994). Cette conception se rapproche du courant de l'interactionnisme symbolique (Cooley, 1902 ; Mead, 1934) qui conçoit la construction de l’estime de soi en partie par le biais du regard d’autrui. Nous nous appuyons également sur les travaux de Kellerhalls et al. (1992) qui ont souligné l’influence des pratiques éducatives parentales sur l’estime de soi des jeunes. Concernant les pratiques éducatives parentales, nous nous appuyons sur l’approche dimensionnelle de Deslandes (1996) pour qui elles sont constituées de trois dimensions : l’engagement parental, l’encadrement et l’encouragement à l’autonomie, amenant à la conceptualisation de styles parentaux variés. Enfin, nous nous fondons sur les propos de Cloutier et Deslandes (2005), selon lesquels les adolescents vivant dans des familles non traditionnelles sont plus à risque quand il s’agit d’aspirations scolaires et donc de réussite scolaire que ceux issus de famille traditionnelle. Peu de recherches ayant étudié la relation entre ces différentes variables combinées, nous avons dû adapter les apports de ces travaux en construisant un modèle théorique propre à notre étude. Dans ce cadre, nous avons formulé l’hypothèse selon laquelle la structure familiale et les pratiques éducatives parentales ont une influence sur l’estime de soi des adultes émergents. De plus, nous supposons que l’estime de soi influence le projet de vie professionnel. D’autre part, nous supposons également que la nature même des projets de vie sentimental et familial des jeunes adultes est en lien avec la structure familiale dans laquelle ils ont grandi. Nous supposons ainsi que le vécu de la séparation parentale a une influence sur l’acceptation de celle-ci et sur l’estime de soi et le projet de vie professionnel des jeunes adultes. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons adopté une méthodologie mixte auprès de quatre jeunes adultes. Pour deux d’entre-elles, les parents sont séparés et pour les deux autres, les parents sont ensemble. De plus, elles sont toutes âgées de 19 ans et en première année de Licence. Afin d’avoir une mesure de leur niveau d’estime de soi, nous avons utilisé l’E.T.E.S (Oubrayrie-Roussel & al., 1994 ; Bardou, 2011). De la même manière, pour mesurer les dimensions perçues des pratiques éducatives parentales, nous avons utilisé l’échelle des styles éducatifs parentaux de Darling et al. (1992 ; Bardou, 2011). Nous avons ensuite procédé à des entretiens semi-directifs afin d’explorer la dynamique subjective des sujets interrogés quant aux effets et au vécu de la séparation parentale sur leur représentation de soi et leur projet de vie. A la suite de l’analyse des données, les résultats ne permettent pas de confirmer notre hypothèse de départ dans sa totalité. Il semblerait qu’il y ait des différences entre les pratiques éducatives parentales des familles traditionnelles et celles des familles non traditionnelles, et que ce soit la raison d’une estime de soi plus valorisée pour les jeunes issues de ces dernières. Nous confirmons le lien entre le niveau d’estime de soi et le niveau d’élaboration des projets. Plus l’estime de soi est valorisée, plus les projets sont élaborés. De plus, nous avons constaté des similitudes dans la nature des projets de vie sentimental et familial selon la structure traditionnelle ou non de la famille. Il s’avère que la structure familiale ne semble pas avoir d’influence sur le niveau d’estime de soi. Le vécu de la séparation parentale n’influence pas l’acceptation de celle-ci et le niveau d’estime de soi. En effet, malgré un vécu négatif de la séparation, nos deux sujets font preuve d’une estime de soi plus valorisée et de projets de vie plus élaborés que les sujets de familles traditionnelles. Enfin, il est important de préciser qu’une consommation de cannabis a été constatée pour nos deux sujets de familles non traditionnelles. Ceci pourrait être causé par le vécu négatif de la séparation parentale, le style éducatif permissif ou encore le fait que la période de transition à l’âge adulte peut être vécue difficilement. L’infirmation partielle de notre hypothèse de départ semble être la conséquence de biais méthodologiques et théoriques. Ainsi, nous ne pouvons généraliser les résultats obtenus. De plus, la présence d’autres facteurs pouvant jouer sur les interactions entre les variables étudiées, nous a conduit à envisager une recherche ultérieure tenant compte des limites de notre étude.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3509