Impact des TICES lors d’une activité en collaboration sur l’apprentissage des élèves se considérant comme faibles, mais aussi sur leur motivation (en particulier l’impact sur la perception de leur compétence).

Enjalbert, Myrielle (2017) Impact des TICES lors d’une activité en collaboration sur l’apprentissage des élèves se considérant comme faibles, mais aussi sur leur motivation (en particulier l’impact sur la perception de leur compétence). [Mémoire]

[img]
Prévisualiser
Texte (PDF)

Enjalbert_myrielle_M12017.pdf


Télécharger (718kB) | Prévisualiser
Type de document: Mémoire
Auteurs: Enjalbert, Myrielle
Directeur de recherche: Sakdavong, Jean-Christophe
UFR / Composantes: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M1 MEEF Concepteur de ressources numériques pédagogiques
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie > Sciences cognitives
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Mots-clés en français: Travail collaboratif, TICE, Apprentissage, Motivation
Résumé en français: L’objectif est de s’interroger sur l’impact de l’utilisation de TICE en tant qu’outil de communication au sein d’un travail collaboratif. Il s’agit de démontrer que l’utilisation d’une communication au sein d’un groupe via les TICE augmente l’apprentissage et la motivation individuelle pour une catégorie d’apprenant : les apprenants qui ont une perception de leur compétence faible. Après avoir défini le travail collaboratif, le modèle socio-constructiviste de l’apprentissage, la motivation, je suppose que la réalisation d’une activité en collaboration permet d’améliorer l’apprentissage des élèves se considérant faibles ainsi que la perception de leur compétence, à condition qu’elle soit réalisée à l’aide de TICE. Après opérationnalisation de l’hypothèse, celle-ci est libellée comme suit : La résolution d’un problème ouvert en collaboration améliore l’apprentissage individuel des élèves se considérant faibles ainsi que la perception de leur compétence à condition qu’ils participent activement au travail collaboratif en s’aidant d’un google doc. La méthode proposée repose sur des groupes d’élèves de lycée, travaillant en collaboration sur la résolution d’un problème ouvert, en communiquant soit par un google doc, soit uniquement oralement. Les élèves choisis pour cette expérimentation sont des élèves ayant une perception de leur compétence faible. La mise en place de la méthodologie suppose le contrôle de l’existence de la collaboration au sein du groupe, et en particulier pour la population d’élève étudiée. Elle suppose aussi d’évaluer les deux variables dépendantes de l’hypothèse : à savoir, l’apprentissage et la perception de sa compétence (ou sentiment d’auto-efficacité) des élèves . Les résultats attendus pour valider l’hypothèse opérationnelle seront développés avant de conclure.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3564