Les jurys de thèse ont-ils un sexe ? Composition sexuée des jurys de thèse à l'Université de Toulouse III - Paul Sabatier en 2015-2016.

Delacroix, Chloé (2017) Les jurys de thèse ont-ils un sexe ? Composition sexuée des jurys de thèse à l'Université de Toulouse III - Paul Sabatier en 2015-2016. [Rapport de stage]

[img] Text

Delacroix_Clhoe_M22017.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Rapport de stage
Creators: Delacroix, Chloé
Directeur de recherche: Le Talec, Jean-Yves
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Sociologie
Diplôme: M2 Genre, Egalité et Politiques Sociales (GEPS)
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes sur le genre
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
Uncontrolled Keywords: jurys de thèse, analyse sexuée, mixité, égalité, rapport de stage, analyse d'une politique publique locale
Abstract: Mon stage, dans le cadre du Master 2 Genre, Égalité et Politiques Sociales, a été réalisé à la mission égalité femmes-hommes de l’Université de Toulouse III – Paul Sabatier. Il porte sur la composition sexuée des jurys de thèse. En 2016 l’UT3 a mis en place le dispositif « refusons le 0% », avec comme objectif que tous les jurys de thèse locaux soient mixtes (c’est-à-dire avec, au moins, une personne de chaque sexe). Ma mission de stage a consisté à analyser l’effet de cette mesure. Pour ce faire, j’ai étudié la composition des jurys de thèse de 2015 et 2016 et questionné les chercheur·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s sur leurs représentations et la manière dont ils et elles composent les jurys de leurs doctorant·e·s. Ces éléments ont été analysés dans une perspective sexuée, afin d’étudier les rapports sociaux de sexe en oeuvre dans les jurys de thèse. Les résultats de mes enquêtes sociologiques m’ont permis d’observer, de manière chiffrée notamment les inégalités sexuées dans les jurys de thèse. Bien que celles-ci tendent à être résorbées avec le dispositif « refusons le 0% », les divisions des chercheur·e·s et enseignant·e·s-chercheur·e·s sur le sujet n’en demeurent pas moins prégnantes. Aussi, un aspect plus qualitatif de mon travail a été de montrer l’impact de ces vives polémiques sur la portée de la mesure et ses limites à faire réellement progresser l’égalité femmes-hommes.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3626