La stratégie de redynamisation des centres anciens, quels leviers d'action pour les collectivités, et quel rôle pour une SEM ?

Thomas, Thibaut (2017) La stratégie de redynamisation des centres anciens, quels leviers d'action pour les collectivités, et quel rôle pour une SEM ? [Mémoire]

[img] Text

Thomas_Thibaut_M22017.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Thomas, Thibaut
Directeur de recherche: Laumière, Florence
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Aménagement et projets de territoires
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
Uncontrolled Keywords: habitat, centre ancien, société d'économie mixte, ville moyenne, concession d'aménagement
Abstract: Alors qu’Olivier Razemon intitulait son dernier ouvrage « Comment la France a tué ses villes », il s’agit dans ce mémoire de soulever une réflexion globale sur le sort réservé aux villes petites et moyennes mais aussi d’apporter des solutions et des retours d’expériences quant à l’action des Sociétés d’Economie Mixte en tant qu’aménageur de ces territoires. Depuis les années 1970, ces villes moyennes ont accumulé des facteurs économiques et institutionnels dégradants : fermeture de la «grande entreprise du coin», mise à l'écart du maillage TGV, perte d’équipements suite à la réforme générale des politiques publiques. A ce contexte négatif, s’ajoute un autre problème commun à toutes les villes moyennes: la crise de leurs centres villes. Perte de population, disparition du commerce, appauvrissement général. Les centres villes perdent leur attractivité, notamment auprès des classes moyennes et supérieures, qui préfèrent partir emménager en périphérie dans une maison avec jardin. Leur départ contribue à entretenir et amplifier la paupérisation enclenchée par la crise du commerce. Ultime étape de ce processus: la chute des prix de l’immobilier et la dégradation du patrimoine privé, que les propriétaires se refusent à rénover tant que le marché n’aura pas donné des signes de reprise. Le développement d’un habitat insalubre ne fait alors qu’aggraver la situation, bouclant solidement ce cercle vicieux. C’est sur ce dernier thème, l’habitat que les SEM d’Aménagement, se sont positionnées dans les débuts des années 2000 pour apporter leur ingénierie et leur pluridisciplinarité à ces villes moyennes. Réalisant ainsi de nombreuses opérations de restaurations immobilières permettant une rénovation et la transformation de logements et bâtiments vacants dans le but de restructurer, aérer les secteurs centraux pour le redonner un aspect qualitatif et attractif. Leur fonctionnement permet aux collectivités d’externaliser leurs dépenses d’investissement et d’impulser de ce fait une dynamique et des aménagements mûrement réfléchis, revendiquant un rôle de signal urbain de reconquête fort. A travers l’exemple du projet « cœur d’agglo » de Cahors, véritable projet de territoire, et en axant la réflexion sur le volet habitat regroupant une Opération Programmée de l’Habitat et de Renouvellement Urbain, couplée à une Concession Publique d’Aménagement signée avec la SEM « Territoires », où j’ai réalisé mon stage de validation de Master. Cahors se donne ainsi les moyens de de faire de son centre, un lieu de vie et de rencontres.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3775