Féminisme et matérialité des affects

De Carlo, Gaëlle (2017) Féminisme et matérialité des affects. [Mémoire]

[img] Text

decarlo_gaelle_M22017.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (475kB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: De Carlo, Gaëlle
Directeur de recherche: Lepan, Géraldine
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Philosophies allemande et française : genèses, devenirs
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Philosophie occidentale moderne
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Anthropologie sociale et ethnologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes sur le genre
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Science politique
Uncontrolled Keywords: féminisme, matérialisme, affects, Spinoza, travail domestique, corps, Beauvoir, Delphy, Tabet, Guillaumin, Mathieu
Mots-clés dans une autre langue: feminism, materialism, affects, Spinoza, domestic work, body
Abstract: Les féministes matérialistes françaises (Beauvoir, Delphy, Guillaumin, Mathieu, Tabet) ont travaillé sur la situation particulière des femmes, liée au travail domestique qu'elles fournissent. Leurs corps sont situés à une certaine place pour qu'elles effectuent ce travail. Il s'agit ici, en s'appuyant également sur la pensée de Spinoza, de montrer que les femmes sont d'abord traversés par des affects, qui agissent sur leur corps et leur esprit (qui ne sont pas séparés), dans une situation de domination des hommes sur les femmes. De montrer alors la difficulté de persévérer dans leur être pour les femmes, aux prises avec des affects contradictoires. Et de questionner le rapport des affects au politique, à la nature et au social, à la dichotomie public-privé, à la puissance.
Résumé dans une autre langue: French materialist feminists (Beauvoir, Delphy, Guillaumin, Mathieu, Tabet)have been working on the women's special situation, based on the domestic labour they provide. Their bodies are situated on a particular place in order to provide this work. We mean here, also basing our work on Spinoza's thinking, to show that affects are in first place what runs through women, and have an action on their bodies and minds (which are not separated), in a situation of domination from men upon women. To show then the difficulty to strive toward preserving their being (Spinoza) for women, yet they fight with contradictory affects. And to question the link between affects and politics, nature and social, public-private dichotomy, power.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3919