Les nouvelles formes du bâti et des modes de vie dans les zones périurbaines de la vallée de Katmandou suite aux tremblements de terre de 2015.

Lama, Thinley (2017) Les nouvelles formes du bâti et des modes de vie dans les zones périurbaines de la vallée de Katmandou suite aux tremblements de terre de 2015. [Mémoire]

[img] Texte (PDF)

Lama_Thinley_M12017.pdf


Accès : Non accessible

Télécharger (15MB) | Demander une copie
Type de document: Mémoire
Auteurs: Lama, Thinley
Directeur de recherche: Rouyer, Alice
UFR / Composantes: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M1 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Sujets: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Anthropologie sociale et ethnologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie rurale
Mots-clés en français: Espace vécu, Organisation spatiale, Périphérie, Gestion du risque, Approche communautaire
Résumé en français: Le 25 Avril et 13 Mai 2015, 2 séismes ont frappé le Népal. Le premier, était d’une magnitude de 7,9 sur l’échelle Richter et le second d’une magnitude de 7,3. On dénombra un peu plus de 9000 victimes et 3,5 millions de personnes se retrouvèrent sans abris. L’Institut d’études géologiques des Etats-Unis estime que les pertes économiques s’élèvent à environ 35% du Produit intérieur brut. 150.000 maisons individuelles se sont effondrées et plus de 150.000 ayant subi des dégâts lourds ont besoin d’être réaménagés. Le Népal est une jeune république et un pays en développement. La situation politique y est instable et l’économie peu dynamique. Les séismes ont relevé un certain nombre de question en matière de gouvernance et de gestion du risque. Au Sud de la vallée de Katmandou, deux villages périphériques ont été grièvement touché par les secousses. Pharsidole est un petit village peu connu et habité par des Tamang. Bungamati est un village newar à la renommée internationale pour son architecture et son artisanat. Ces deux groupes ethniques font partie des plus grands groupes minoritaire du pays. S’ils n’ont pas connu le même développement, ils partagent des problématiques communes. Le bâti ne suit pas certaines règles d’urbanisme et du code du bâtiment. En particulier en matière de sécurité et de normes antisismiques. Les deux communautés ont une organisation socio-culturelle spécifique et qui a façonné l’organisation spatiale des villages. Si la modification soudaine et radicale du bâti a transformé la trame en vue des catastrophes, il semblerait que l’organisation socio-spatiale ai survécu. Mais des changements profonds ont modifiée l’espace vécu des villageois. Ces modifications vont perdurer car elles sont liées à la façon dont s’organise ces villages et que la reconstruction est un processus lent qui commence à peine.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/3994