Le vacillement de l'occident Hegel et Marx ou l'action politique à l'ombre du droit

Blanchard, Pierre (2017) Le vacillement de l'occident Hegel et Marx ou l'action politique à l'ombre du droit. [Mémoire]

[img] Text

blanchard_pierre_M22017.pdf


Accès : UNSPECIFIED

Télécharger (2MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Blanchard, Pierre
Directeur de recherche: Sibertin-Blanchard, Guillaume
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Philosophies allemande et française : genèses, devenirs
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Métaphysique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie > Philosophie occidentale moderne
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Droit
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire contemporaine
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire des religions > Christianisme
Uncontrolled Keywords: Hegel, Marx, action politique, philosophie du droit
Abstract: Ce présent travail cherche donc à déployer une lecture de Hegel et de Marx qui, bien conscient du caractère surdéterminé d’un tel couplage, cherche à définir et à déterminer, chez eux, la résonnance et l’écho mutuel d’un travail commun visant à problématiser et à contester la structuration juridico-normative de l’action politique propre à la pensée politique occidentale. Qu’entendons-nous par là ? Nous entendons par là, la manière dont l’action politique est déterminée, en occident, selon une structure de double vérité. En effet, celle-ci se juge à l’aune de l’efficace propre de l’action, mais, tout autant, depuis un impératif de légitimité qui lui est conférée extérieurement à elle. Ce qui s’opère est donc une dissociation entre la finalité technique et utilitaire de l’action et le discours de vérité qui la qualifie. Cette dissociation de l’action et de sa vérité, qui rend, par là même, possible la dissociation du lien éthique unissant le sujet à son action, nous la déterminons comme structure juridico-normative de l’action, en ce qu’elle se structure, comme nous le verrons, sur la base du fondement sacramentel de la procédure juridique occidentale. Une structure que nous disons normative, en ce qu’elle s’institue d’une séparation de l’action d’avec le discours de vérité qui la norme. Une séparation qui, en retour, conditionne la structure opérative de l’ontologie sous-tendant ce modèle, une structure, par laquelle, l’être, suspendu à la nécessité de son effectuation, s’exprime sous la forme d’un devoir-être. Notre travail prend corps sur cette hypothèse que : Hegel comme Marx, en contestant un tel nouage, frayent la voie à une déliaison radicale de l’action politique d’avec ce modèle juridico-normatif et rendent ainsi possible une repolitisation de l’idée même de politique. Si cette repolitisation de la politique est, pour nous, rendue pensable en regard des élaborations théoriques marxienne et hégélienne, c’est que, toutes deux, se trouvent polarisées par le motif de la « réappropriation du politique contre la politique » , c’est-à-dire par la question de l’action révolutionnaire.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/4033