Territoires utopiques, comme exploration troublée de l'intime dans la vidéo installée

Reygnier, Morgane (2017) Territoires utopiques, comme exploration troublée de l'intime dans la vidéo installée. [Mémoire]

[img] Text

reygnier_morgane_M22017.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (90MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Reygnier, Morgane
Directeur de recherche: Viguier, Emma
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Arts Plastiques - Design
Diplôme: M2 Création Artistique, Recherche et pratique du Monde de l'Art (CARMA)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
Uncontrolled Keywords: Paysage, utopie, vidéo, rêverie
Abstract: Dans la première partie, il a été question de comprendre le processus de création car il influence toute la compréhension de l’oeuvre. Filmer, fait surgir les rêveries, que l’on retrouve dans le traitement des paysages. Les paysages sont liés au réel mais transformés par le traitement numérique en matière onirique. Le rythme du temps flotte et permet d’expérimenter les espaces dans l’errance, que ce soit dans le processus de création où dans l’expérience de l’œuvre. La vidéo installée forme donc un équilibre entre le présent de son exposition et sa faculté immersive puis l’imaginaire et la rêverie qu’elle génère. Dans la seconde partie, nous avons vu qu’à travers l’installation vidéo, le territoire est ressenti comme chez-soi. Il est le moteur d’une poétique contemplative et intime. Le territoire filmé, est un lieu de projections imaginaires et un refuge intime. L’exposition de l’installation vidéo, est par extension, une hétérotopie de ce territoire filmé. Le jeu de voilement et de dévoilement, par le biais de la lumière et du dispositif, crée une sorte de poétique du lieu. L’œuvre et sa matière filmée invite ainsi le spectateur à l’évasion et à la découverte d’espaces imaginaires et poétiques. Pour finir, dans une dernière partie, le territoire vidéographique et le médium vidéo, sont apparus comme moyen de se déréaliser, d’explorer, tout en évoquant la dimension troublée de ce face à soi. Filmer le territoire me permet de dépasser l’oubli, et de faire resurgir l’intime attachement au lieu.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/4374