Les sciences somnambules. « Pratiques informationnelles et contextes d’influences autour de la culture scientifique chez les jeunes »

Decriem, Marjorie (2017) Les sciences somnambules. « Pratiques informationnelles et contextes d’influences autour de la culture scientifique chez les jeunes ». [Mémoire]

[img]
Preview
Text

decriem_marjorie_M22017.pdf


Télécharger (2MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Decriem, Marjorie
Directeur de recherche: Boubée, Nicole
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Education aux médias et à l'information (EMI)
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire, philosophie et sociologie des sciences
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'information et de la communication
Uncontrolled Keywords: Adolescence, Culture scientifique, Pratique informationnelle, Jugement de crédibilité
Abstract: Cette étude se propose d’analyser les rapports du public jeune avec la culture scientifique. Nous avons réalisé une enquête auprès de 11 jeunes de 14-15 ans scolarisés dans un établissement français à l’étranger afin de décrire les usages et les représentations que pouvaient avoir un public adolescent par rapport aux pratiques d’information personnelle, dans un contexte lié au discours alarmiste sur le désintérêt des jeunes pour les sciences. En nous basant sur des travaux antérieurs, nous avons choisi de nous intéresser aux pratiques informationnelles informelles : nous avons pu constater l’importance du support numérique et notamment des informations visuelles, l’importance de la crédibilité de « surface » pour la validation des sources et l’imprégnation d’une culture scientifique populaire liée à la fiction. S’il semble que la culture scientifique ne s’intègre pas facilement dans la culture jeune dans une perspective socialisante, ces conclusions recouvrent en fait une réalité complexe où les contextes d’influence et les notions de crédibilité jouent un grand rôle dans la réception des informations scientifiques. Les principaux résultats de cette étude montrent l’existence d’une « mythologie scientifique » personnelle, éloigné d’un savoir scientifique traditionnel, mais aussi la vivacité des pratiques informationnelles et la curiosité des jeunes par rapport aux sciences.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/4402