L'impact des émotions sur l'attention sélective des élèves.

Vieu, Aurore and Torres, Emma (2018) L'impact des émotions sur l'attention sélective des élèves. [Mémoire]

[img] Text

vieu_aurore-torres_emma_M22018.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Vieu, Aurore and Torres, Emma
Directeur de recherche: Simoës-Perlant, Aurélie
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Professeur des écoles
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement primaire
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
Uncontrolled Keywords: Émotion, Attention sélective, Apprentissage
Abstract: Dans le cadre de ce mémoire, nous nous sommes intéressées au lien  pouvant exister entre les émotions et la cognition et en particulier l’impact des émotions sur l’attention sélective. Nous nous sommes basées sur le modèle de Bower de la congruence émotionnelle (1981) pour poser nos hypothèses et construire notre protocole expérimental. Ce modèle propose une modélisation de l’interaction / cognition en terme de réseau associatif le “Network theory of affect”. Il met en évidence que les émotions positives ou négatives influencent l’attention des élèves et plus particulièrement l’attention sélective qui serait orientée de manière préférentielle vers une information émotionnellement congruente avec l’état émotionnel dans lequel se trouve le sujet. En nous basant sur ce modèle, nous avons émis l’hypothèse selon laquelle la double induction d’une même émotion a un effet favorable sur l’attention sélective des élèves en comparaison à des émotions non congruentes. Pour la vérifier, nous avons réalisé une expérimentation sur une classe de CM1. Après avoir été induits de manière agréable ou désagréable par l’écoute d’une musique,  23 élèves ont réalisé une tâche de barrage simple sur fond coloré, véhiculant lui-aussi une émotion. Les résultats montrent que les performances attentionnelles des enfants sont meilleures en condition non congruente avec l’induction musicale de la joie et le support gris véhiculant de la tristesse. Nos résultats seront discutés au regard des modèles expliquant les effets des émotions sur la cognition.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/4727