Comment motiver l'introduction de la notion de suite en première STMG?

Montloi, Arthur (2018) Comment motiver l'introduction de la notion de suite en première STMG? [Mémoire]

[img] Text

M2-1718-PREM-ILS-E1-VF.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (805kB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Montloi, Arthur
Directeur de recherche: Laurençot-Sorgius, Isabelle
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Mathématiques
Subjects: INFORMATIQUE MATHEMATIQUES TECHNOLOGIES > Mathématiques > Analyse numérique
Uncontrolled Keywords: AER, Suites, récurrence.
Abstract: Cette présentation du projet de recherche d'enseignement des mathématiques est le fruit d'un travail collectif, structuré autour d'une séance proposée en classe de première STMG d'un lycée Toulousain. Il s'agissait pour nous de construire une séance d'une heure ayant pour objectif d'introduire la notion de suites numériques. Au cours de cette présentation, nous avons tenu à exposer le travail de préparation de la séance, le compte-rendu complet, le scénario didactique relevé et l'analyse des organisations mathématiques de cette séance. La notion de suites numériques est une partie importante du programme de première STMG en relation directe avec les attendus professionnels relatifs aux candidats suivant cette filière (gestion d'entreprise, comptabilité, etc.) Il nous a donc paru primordial d'aborder toutes les représentations de la suite, ses différentes formes et les outils nécessaires à leur étude dès cette séance. L'activité que nous avons choisie de proposer permet de répondre à ces dernières attentes. Comme il s'agit d'étudier une suite arithmétique, les formes explicite et par récurrence sont à la portée des élèves. Le problème se présentant sous la forme d'une construction à poursuivre, la représentation géométrique d'une suite est permise. Nous avons également veillé à traiter une suite simple, en faisant intervenir des nombres entiers. On limiterait ainsi les problèmes calculatoires pour se concentrer sur les nouvelles notions. Enfin, il nous a paru important de relier dans un premier temps les suites à la notion de fonction, en écrivant les termes sous la forme u(n), puis d'employer une écriture plus conventionnelle sous la forme u indice n.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/5163