De l’informatisation à la numérisation du vivant : les enjeux épistémologiques et ontologiques de l’usage du big data en biologie.

Trocmé--Nadal, Léo (2018) De l’informatisation à la numérisation du vivant : les enjeux épistémologiques et ontologiques de l’usage du big data en biologie. [Mémoire]

[img] Text

Léo.Trocmé--Nadal_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (852kB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Trocmé--Nadal, Léo
Directeur de recherche: Barot, Emmanuel
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Philosophie
Diplôme: M2 Ethique du soin et recherche (philosophie, médecine, droit)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Philosophie
INFORMATIQUE MATHEMATIQUES TECHNOLOGIES > Informatique
Uncontrolled Keywords: réductionnisme, organicisme, a-biologie, big data, numérisation
Mots-clés dans une autre langue: Reductionism, organicism, a-biology, big data, digitization
Abstract: Les sciences de la vie entretiennent avec les machines une histoire ancienne. Avec la naissance de l’informatique au XXème siècle, le réductionnisme génétique trouve une source de légitimation et un support d’explication métaphorique des phénomènes biologiques. Nous nous proposons, à ce sujet, d’étudier les évolutions qu’implique, pour les sciences du vivant, l’émergence d’un nouveau contexte technologique avec le big data. A l’informatisation du XXème siècle, succède une dynamique de numérisation du vivant. Nous montrons que le biologiste est amené, avec l’entrée de sa discipline dans l’ère des données massives, à produire des expérimentations biologiques sans organisme, en théorie comme en pratique. Face au néo-réductionnisme des datas, nous défendons l’hypothèse qu’il est possible et nécessaire d’élaborer une véritable théorie de l’organisme, afin d’encadrer un usage du big data qui satisfasse aux spécificités épistémologiques et ontologiques des phénomènes biologiques, par rapport aux phénomènes physiques.
Résumé dans une autre langue: The life sciences have an old history with machines. With the invention of computing in the twentieth century, genetic reductionism finds a source of legitimacy and a support for metaphorical explanation of biological phenomena. On this subject, we propose to study the evolutions implied for the life sciences by the emergence of a new technological context with big data. The computerization of the twentieth century follows a dynamic of life digitization. We show that the biologist is brought, with the entry of his discipline into the era of massive data, to produce biological experiments without organism, in theory as in practice. Faced with the neo-reductionism of datas, we defend the hypothesis that it is possible and necessary to develop a real theory of the organism, to frame a use of big data that satisfies the epistemological and ontological specificities of biological phenomena, in relation to the physical phenomena.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/5264