Un Cinéma des Humeurs : Résurgence de souvenirs, Émergence d’une fiction narrative à travers des formes de pulsations d’une couleur météorologique de l’intime

Lemoine, Cécile (2018) Un Cinéma des Humeurs : Résurgence de souvenirs, Émergence d’une fiction narrative à travers des formes de pulsations d’une couleur météorologique de l’intime. [Mémoire]

[img] Text

cecile_lemoine_2018.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (16MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Lemoine, Cécile
Directeur de recherche: Barrès, Patrick
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Motion design, cinéma d'animation
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts graphiques
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Art numérique
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Photographie
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
Uncontrolled Keywords: cinéma d'animation, humeurs, souvenir, mémoire, couleur, intime, météorologie, fiction
Abstract: Mon projet de fin d’année comprends un court-métrage de quatre minutes en différentes techniques, la peinture digitale et photographies et un mémoire sur les souvenirs, les différentes pulsations du trait et le cinéma des humeurs. Avant tout je voulais parler de la mémoire et plus particulièrement de mon propre héritage familliale. Dans ce sens j’ai commencé mes recherches avec une histoire sur un gardien de phare, qui était le travail de mon grand-père maternel avant sa retraite. Avec ce personnage et cet environnement j’ai développé un scénario autour du gardien de phare qui doit quitter son phare qui va être automatisé. Le dernier gardien est retenu par le phare, avec des méthodes un peu magiques, de petits détails et des souvenirs de sa vie dans le phare. Enfin, mon mémoire traite, de manière un peu métaphorique, du phare comme sanctuaire de mémoire et le départ du gardien comme une séparation avec le passé et le retour dans le monde du présent. Dans ce sens, mes recherches ont été de faire des liens entre mon mémoire et l’esthétique du film. Trouver des termes et des idées similaires. J’ai lu quelques oeuvres littéraires, telles que «Le vrai lieu» de Annie Ernaux, qui décrit sa vision de l’écriture et la place des souvenirs dans la fiction. Les couleurs ont eu une grande importance dans mon travail, grâce à leur signification. Mon atmosphère est entourée de différentes gammes de roses. Pour avoir ces palettes de couleurs j’ai fait des planches tendances avec des images qui m’inspiraient et desquelles j’ai récupéré les différentes couleurs. Le rose a cette particularité, pour moi, de représenter la nostalgie des sentiments heureux. Autour de cette idée j’ai construit mon travail autour d’une esthétique de souvenirs nostalgiques. Dans ce but, ça a été pareil pour mon mémoire, construire une réflexion autour de ces partis pris esthétiques et faire des liens avec les théories sur le cinéma d’animation. Mon plan final est composé de trois parties. La première partie traite de la résurgence des souvenirs et l’apparition d’une fiction narrative, avec mes propres souvenirs et comment ils créent une tension entre intériorité et immensité et finalement comment ils induisent une construction imaginaire. La seconde partie parle de la poïétique du trait, formes de pulsations, où je parle de ma pratique du dessin et comment j’utilise mes couleurs, où j’introduis le vocabulaire de la météorologie. Finalement en réunissant tous ces termes pour expliquer les liens
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/5292