Typo-matérialité : Le graphiste comme inventeur de grammaire graphique

Bailleau, Claire (2018) Typo-matérialité : Le graphiste comme inventeur de grammaire graphique. [Mémoire]

[img] Text

claire_bailleau_2018.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (8MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Bailleau, Claire
Directeur de recherche: Caumon, Céline
Divisions: Institut Supérieur Image Design (ISCID)
Diplôme: M2 Design graphique, communication et édition
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts graphiques
Uncontrolled Keywords: matière, typographie, lettre, caractère
Abstract: Le graphisme peut se définir par des choix créatifs de différents éléments permettant de communiquer visuellement. Ces éléments les plus importants sont l’image, la forme, la couleur et la typographie. En ce qui concerne cette dernière, un caractère typographique est un signe qui se réfère à des codes préétablis afin d’être compréhensibles et interprétables. Cependant, ce signe a souvent la réputation de n’être qu’un simple dessin d’une forme qui, associée à d’autres, devient un mot, une phrase, un texte. Mais une lettre peut avoir une autre caractéristique qui lui donne un sens supplémentaire : sa matière. En se basant sur ce postulat, nous pouvons alors nous demander comment un designer graphique peut utiliser cet attribut afin de créer de nouveaux contenus visuels pertinent. A travers cette étude, nous allons étudier l’histoire de la typographie, révélant ainsi que l’utilisation de matériaux était déjà présente au début de la création du langage écrit. Aussi, en analysant des œuvres existantes et grâce à plusieurs expérimentations personnelles, nous ferons ressortir les manières qu’un typographe et/ou graphiste possède pour créer des signes typographiques sortant de leur bidimensionnalité, en jouant avec différents matériaux, utilisant leurs couleurs, volumes, reliefs, textures, etc. Finalement, cette étude a pour but d’établir quels sont les enjeux en designant ces nouvelles typographies. Elles permettront à leurs observateurs d’appréhender une lettre par l’utilisation de la vue, mais aussi du toucher, les rendant capables d’acquérir une nouvelle perception sensorielle. Le signe devient plus qu’un signe-narratif, mais également un signe-iconique.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/5555