Les corps libérés des carcans sociaux dans le cinéma de fiction grâce à la fonction narrative et thérapeutique de la danse

Labesque, Chloé (2018) Les corps libérés des carcans sociaux dans le cinéma de fiction grâce à la fonction narrative et thérapeutique de la danse. [Mémoire]

[img] Text

Chloé.Labesque_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Labesque, Chloé
Directeur de recherche: Raynal-Zougari, Mireille
Divisions: UFR Lettres, Philosophie et Musique > Département Communication, Etudes visuelles et Arts de la scène (Art&Com)
Diplôme: M2 Médiation culturelle et études visuelles
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Danse
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Psychologie > Psychologie sociale
Uncontrolled Keywords: danse, cinéma, social, corps, émancipation, environnement, Iidentité, émotion
Abstract: La danse habite le cinéma de fiction depuis sa création que ce soit dans les comédies musicales, dans les films muets ou encore dans les fictions qui ne sont pas des films de danse. Ces deux arts reposent sur le même principe : Le mouvement. Les images en mouvement pour le cinéma et les corps en mouvement pour la danse. Ce sont ces mouvements qui font évoluer la narration de la fiction car ils ont du sens. Ils possèdent une signification qui leur est propre, ce qui leur permet de communiquer leurs pensées les plus profondes grâce à leur expression corporelle et technique. Mes recherches dans le cadre de ce mémoire, se sont portées sur la fonction libératrice de la danse sur les personnages empêchés et contraints par les relations et conventions sociales, qui se relient au champ du social, et qui peinent à se défaire de ces chaînes qui les condamnent à la paralysie au sens figuré. Ces corps qui s'inspirent de leur environnement, expriment corporellement leurs sentiments, leurs émotions et pensées intérieures ce qui les aide à extérioriser tous leurs problèmes et leurs tensions. De cette manière, ils entament un processus thérapeutique que l'oeil de la caméra capture, ce qui leur permet d'évoluer et donc de s'émanciper. Pour répondre à cette problématique, j'ai choisi comme terrain de recherche l'analyse de séquences de films de fiction occidentaux où nous retrouvons des scènes de danse interprétées par des personnages aux situation sociales instables. J'ai effectué un travail d'études visuelles dans lequel j'ai intégré une interprétation personnelle de ces séquences dansées, tout en m’appuyant sur les théories faites sur ce sujet. Ces analyses m'ont permis d'interpréter les études théoriques et d'imager et enrichir mes hypothèses et interprétations. Au fil de ces analyses mises en parallèle avec les réflexions théoriques, j'ai pu constater que la danse posséderait une fonction narrative qui lui permet de faire évoluer les personnages et donc de faire avancer la fiction. Elle serait alors le porte parole du social qui libérerait ces corps de leurs contraintes sociales.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/5836