L'enseignement de l'histoire à la faculté des lettres de Toulouse (1870-1939)

Martinez, Anaïs (2018) L'enseignement de l'histoire à la faculté des lettres de Toulouse (1870-1939). [Mémoire]

[img] Text

Anaïs.Martinez_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (10MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Martinez, Anaïs
Directeur de recherche: Cantier, Jacques
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Histoire
Diplôme: M2 Histoire et Civilisations modernes et contemporaines
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire contemporaine
Uncontrolled Keywords: Toulouse, Troisième République, étudiant, professeur, chercheur, historien, étranger, faculté, université, histoire des disciplines, géographie, histoire, histoire de l'art, archéologie, association étudiante
Abstract: Après avoir mené une étude de cas en master 1 sur la chaire d’histoire de la France méridionale entre 1886 et 1939, j’ai analysé en master 2 l’enseignement de l’histoire à la faculté des lettres de Toulouse au cours de la Troisième République. Il permet de cerner les conditions matérielles, politiques, institutionnelles et géographiques dans lesquelles évolue l’enseignement de la discipline historique dans le supérieur français. Celui-ci se modifie avec l’émergence de la géographie, de l’histoire de l’art, ou encore de l’archéologie. De même, l’auditoire des facultés subit une transformation significative. Alors qu’au XIXe siècle les auditeurs constituent la majorité du public, à la fin du siècle et au cours de l’entre-deux-guerres, de vrais étudiants préparant des diplômes s’imposent dans les établissements. De quelques dizaines dans les années 1880-1890, ils sont plusieurs centaines à s’inscrire en histoire dans les années 1930. À ceux-là se rajoute le public féminin. Mener une analyse sur l’enseignement de l’histoire permet de comprendre ce que la société de la Troisième République pense et attend de la discipline historique et de l’instruction dans les facultés. Par exemple, le régime est favorable à la venue des étrangers, car cela entretient les relations diplomatiques entre les pays. Les familles permettent à leurs enfants d’intégrer les bancs de la faculté, car elles pensent que les diplômes offrent de bonnes perspectives professionnelles. (Le mémoire contient un dictionnaire biographique des historiens toulousains et une base de données des étudiants en histoire, 1870-1939)
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6036