Les enjeux fonciers dans les communes périurbaines : le cas des communes périurbaines de l'agglomération toulousaine.

Roche Castellanos, Daniel Andrés (2018) Les enjeux fonciers dans les communes périurbaines : le cas des communes périurbaines de l'agglomération toulousaine. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Roche_Daniel_M12018.pdf


Télécharger (8MB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Roche Castellanos, Daniel Andrés
Directeur de recherche: Albert, Pierre
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M1 Aménagement et projets de territoires
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie urbaine
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sociologie
Uncontrolled Keywords: Planification, Urbanisme, Consommation foncière, PLU, PLUi, SCoT, Périurbain
Abstract: Les modes de vie sont à l’origine de l’étalement urbain car la consommation d’espace résulte en grande partie de la volonté des individus d’avoir accès à un cadre de vie plus « agréable » matérialisé par la maison individuelle. Depuis la loi LOF du 30 décembre 1967 (Loi d’Orientation Foncière) jusqu’à nos jours, le gouvernement a souhaité encadrer l’urbanisation afin de créer un territoire cohérent à l’échelle locale et nationale. La loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) vient fixer des objectifs précis en termes de diminution de consommation d’espace dans le but de lutter contre l’étalement urbain. La volonté de millions de Français d’accéder au rêve de la maison individuelle ainsi que l’évolution des modes de vie engendrent une pression foncière de plus en plus forte sur les communes en périphéries des villes centres. La planification et l’urbanisme réglementaire sont censés réguler la consommation d’espace à travers différents outils : SCoT, PLUi, PLU, ZAC, etc. Cependant, face aux multiples enjeux fonciers et aux attentes des différents acteurs impliqués (acteurs publics et privés), l’utilité de ces outils de planification peut être contestée.
Résumé dans une autre langue: Los modos de hábitat están al origen de la expansión urbana ya que el consumo de espacio es, en su mayoría, el resultado del deseo de los individuos de tener acceso a un ambiente de vida más «agradable» que se materializa en la casa individual. Desde la ley LOF (ley de orientación de la tierra) del 30 de diciembre de 1967, hasta hoy en día, el gobierno ha querido enmarcar la urbanización a fin de crear un territorio coherente a la escala local y nacional. La ley ALUR (acceso al alojamiento y un urbanismo renovado) ha fomentado objetivos precisos en términos de diminución del consumo de tierras para así luchar contra la expansión urbana. La voluntad de millones de Franceses de tener acceso al sueño de la casa individual combinado a la evolución de los modos de hábitat han engendrado una presión territorial cada día más importante en los municipios situados en la periferia de las ciudades núcleo. Se supone que la planificación y el urbanismo reglamentario deben regular el consumo de tierras a través de varias herramientas: SCoT, PLUi, PLU, ZAC , etc. Sin embargo, frente a la pluralidad de las cuestiones territoriales que resultan y las expectativas de los diferentes actores implicados (actores privados y públicos), la utilidad de dichas herramientas planificadoras puede ser cuestionable.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6233