Le SCoT, une démarche territoriale qui se généralise : en quoi présente-t-elle un intérêt ou non pour les territoires ruraux en décroissance ?

Martin, Guilhem (2018) Le SCoT, une démarche territoriale qui se généralise : en quoi présente-t-elle un intérêt ou non pour les territoires ruraux en décroissance ? [Mémoire]

[img] Text

Guilhem.Martin_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (29MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Martin, Guilhem
Directeur de recherche: Laumière, Florence
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Aménagement et projets de territoires
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Aménagement du territoire
Uncontrolled Keywords: Planification stratégique - territoires ruraux - décroissance - urbanisme - schéma de cohérence territorial
Abstract: Le Schéma de Cohérence Territorial a été crée par la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain) le 13 décembre 2000. Dix-huit ans après, l’État l’a rendu obligatoire dans toute la France. Pourtant, même si ce document permet de mettre en place un projet stratégique de développement, il n’est pas légitime aux yeux de certains élus. Aujourd’hui presque la totalité des communes sont concernées par son élaboration. Pourtant, il y a encore une certaine méconnaissance du SCoT et de son rôle. Son côté technique bloque sa reconnaissance auprès des citoyens et pour les élus il apparaît comme une démarche longue et fastidieuse. Par la réforme territoriale de 2016, il est aujourd’hui remis en question. En effet, les périmètres intercommunaux et régionaux s’étant pour la plupart agrandis, ces collectivités élaborent des documents d’urbanisme qui petit à petit prennent plus de place et réduise celle du SCoT. Les PLUi intercommunaux sont aujourd’hui conçus à des échelles qui se rapprochent de la taille des bassins de vie SCoT. La région, elle, voit l’arrivée d’un nouveau document de planification stratégique, le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires, qui aura une influence plus importante à son échelle. S’il y a un rapport de force qui se crée entre ces différents documents d’urbanisme, le SCoT doit arriver à s’affirmer et évoluer sous peine de devoir s’effacer. Son rôle est pourtant primordial puisqu’il doit organiser la cohérence d’un large bassin de vie. C’est aussi une opportunité pour des territoires ruraux et décroissants de s’entendre sur un projet global qui doit donner une vision d’évolution. Le côté omniscient du SCoT est à la fois un point positif et négatif. Il permet de couvrir un large panel de thématiques qui sont nécessaires pour identifier les problématiques des campagnes stagnantes. Cependant, puisqu’il se concentre sur une multitude de sujets il est peut apparaître trop réglementaire dans certains domaines et trop léger dans d’autres. De plus, dans ces milieux ruraux, le SCoT inquiète les élus qui voient en lui une spatialisation hiérarchique stratégique qui conduira à la disparition des petites communes. Le travail de ce mémoire consiste donc à comprendre l’enjeu du SCoT et est-ce qu’il représente un réel intérêt pour les territoires ruraux en déprise.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6258