Connaissances, représentations, opinions des jeunes de 15-17 ans par rapport aux fake news

Francisco, Sylvie (2018) Connaissances, représentations, opinions des jeunes de 15-17 ans par rapport aux fake news. [Mémoire]

[img]
Preview
Text

Sylvie.Francisco_master2.pdf


Télécharger (924kB) | Preview
Item Type: Mémoire
Creators: Francisco, Sylvie
Directeur de recherche: Sahut, Gilles
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Documentation
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'information et de la communication
Uncontrolled Keywords: Fake news, Médias sociaux, Pratique médiatique, Pratique informationnelle, Préférences de source, Évaluation de l'information, Éducation aux médias et à l'information, EMI, Infox
Abstract: Sur le ″web 2.0″ [O'Reilly, 2005], chaque individu peut publier toutes sortes de contenus, sans filtre. Il peut ″libérer ses subjectivités″ [Cardon, 2010] et leur donner instantanément une audience planétaire. La prolifération de fake news – informations délibérément mensongères – dans l'espace médiatique est une des conséquences de cette ″autoritativité″ [Broudoux, 2003]. Les médias sociaux sont le principal vecteur de propagation des fake news [Allcott et al., 2017 ; Guess et al., 2018, Fletcher et al., 2018]. Or, les jeunes font un usage intensif de ces médias sociaux [James, 2016 ; Cordier, 2017 et 2015 ; Jehel, 2017]. Cette étude se propose donc d'analyser leurs connaissances, leurs représentations, leurs opinions par rapport aux fake news. Pour cela, nous avons procédé à une recherche exploratoire, sous forme d'entretiens individuels semi-directifs réalisés à domicile ou par téléphone, entre le 27 janvier et le 4 février 2018, auprès d'un échantillon non représentatif de la population âgée de 15 à 17 ans résidant en France. Les questions que nous avons posées aux dix jeunes de cet échantillon visaient à déterminer s’ils ont déjà entendu parler de fake news, quelle définition et quels exemples ils en donnent ; ce qu’ils pensent de celles-ci ; s’ils estiment y être très exposés et si oui, dans quel cadre ; ce qu’ils font pour les éviter ou quand ils y sont confrontés ; sur quels éléments ils s'appuient pour former leur jugement de crédibilité. Le but étant de sonder leur capacité à évaluer l'information disponible sur Internet et leurs éventuels besoins de formation. Les résultats que nous avons recueillis tendent à montrer que les jeunes de 15-17 ans ne se sentent pas en danger sur Internet ; qu'ils ont une vision floue des fake news et que celles-ci ne les inquiètent pas vraiment, sauf lorsque le sujet sous-tend un enjeu fort pour eux ; qu'ils privilégient les jugements de crédibilité heuristiques et pragmatiques ; mais qu’ils sont moins exposés et mieux armés pour faire face aux fake news qu'on ne le pense. Ces résultats – qui demandent à être explorés plus avant – peuvent contribuer à nourrir la réflexion pédagogique et la pratique professionnelle des professeurs-documentalistes dans le cadre de l'Education aux médias et à l'information, en particulier lors de la formation des élèves à l'évaluation de l'information disponible sur Internet.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6298