Les projets citoyens de production d'énergie renouvelable en Occitanie

Guerin, Milan (2018) Les projets citoyens de production d'énergie renouvelable en Occitanie. [Mémoire]

[img] Text

Milan.Guerin_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (15MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Guerin, Milan
Directeur de recherche: Milanesi, Julien
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Sciences Economiques et Gestion
Diplôme: M1 Nouvelle Economie Sociale
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Economie > Développement durable
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Economie > Economie sociale
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Economie > Economie solidaire
Uncontrolled Keywords: Coopérative, énergie renouvelable, énergie citoyenne, collectif, Enercoop, ECLR, Énergie Partagée, ESS, Occitanie
Mots-clés dans une autre langue: Coop, cooperativism, renewable energy, civil society
Abstract: En France, dans le courant des années 2000 le secteur de l’énergie a été libéralisé. La fin du monopole d’État a paradoxalement permis l’émergence d’initiatives portées par la société civile. Des militants ont vu dans cette dans cette situation l’occasion de créer des alternatives dans le secteur de l’énergie. En Occitanie, la région a la volonté de développer les énergies renouvelables et met en place des politiques pour soutenir ce développement. En 2014, 2016 et 2017, la Région a lancé un appel à projet à destination de collectifs de citoyens qui souhaitent monter des projets de production d’énergie renouvelable. Dans ce contexte, environ 40 groupes ont émergé. Ces projets sont à des phases différentes : certains produisent déjà des kilowattheures, alors que d’autres sont dans une phase d’émergence. La participation dans ces groupes se distingue d’autres formes d’engagement. En effet les collectifs créent des coopératives, rassemblent des financements et investissent pour réaliser le projet qu’ils ont imaginé. En outre, ces projets requièrent des savoirs faire techniques et des connaissances sur l’énergie. Enfin les membres des collectifs sont bénévoles et la lucrativité est limitée, ce n’est donc pas une motivation économique qui sous tend l’engagement. Ces projets sont à la limite du militantisme et de l’entrepreneuriat. Pour les membres des collectifs, ces projets sont des occasions d’apprendre de nouveaux savoirs faire et de s’approprier les problématiques énergétiques. Mon mémoire se concentre sur deux collectifs dont les projets sont en fonctionnement. Au moyen d’une enquête basée sur l’observation et la réalisation d’entretiens, je cherche à identifier des tensions potentielles entre des valeurs politiques et une pratique entrepreneuriale.
Résumé dans une autre langue: The energy sector has been liberalized in France since the middle of the year 2000. The end of state’s monopolistic position paradoxically enable the emergence of initiatives from civil society. Some activists saw in this situation an opportunity to create alternatives in the sector of energy. In Occitania, the region has strong ambitions to develop renewable energy and implement policies to support projects. In 2014, 2016 and 2017, the region launched a call for proposals to promote the production of renewable energy by collectives of citizens. In this context, around 40 groups of citizens with production projects emerged , most of which comprise solar photovoltaic (PV) generation projects . They are at different stages: some of these groups already produce their first Kwhs whilst others are still in a development stage, but all of them have to deal with new forms of involvement. Currently these groups of citizens create commercial companies to collect capital, contract loan and invest in projects. Concerning technical aspects, these groups also need to learn how energy works and how to develop and build energy projects. However, the members of these collectives are at the same time volunteers, the profits are limitated and the motivation is not only an economical one. These projects are context-based and at the crossroads of activism and entrepreneurship. They require a specific combination of skills. The citizens committed in these processes learn new types of knowledge, develop through social interaction a kind of appropriation of topics usually related to the technical and scientific spheres. Such processes can be described as empowerment processes. My thesis focuses on two groups of citizens. With a method of comparison based in several interviews of the members of these groups, I look to identify the potential tensions that are generated in the meeting of political will and entrepreneurship practice.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6608