La modération de la consommation de l’espace : de la pertinence du diagnostic à la formalisation d’un projet de territoire.

Guyard, cecile (2018) La modération de la consommation de l’espace : de la pertinence du diagnostic à la formalisation d’un projet de territoire. [Mémoire]

[img] Text

cécile.Guyard_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Guyard, cecile
Directeur de recherche: Boldron, cécile
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Etudes de l'environnement
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Géographie > Géographie rurale
Abstract: Au regard de l’urbanisation croissante accentuant le phénomène d’étalement urbain, de nouvelles ruralités se forment. Ainsi, l’opposition entre les espaces ruraux et les espaces urbains s’amoindrit. En apparence contradictoires, ces deux types de territoires tendent à se rapprocher, tant spatialement que dans les éléments qui les définissent. L’attractivité démographique et le développement des réseaux (transports, assainissement, etc.) sont deux dynamiques phares qui amènent l’espace rural à se transformer. Ce n’est pas sans conséquence, la consommation de l’espace est parfois excessive. L’urbanisation dans les espaces ruraux s’est construite différemment de l’urbanisation des espaces urbains. La consommation d’espace en milieu rural est essentiellement horizontale alors qu’elle est plutôt verticale en milieu urbain. L’habitat dispersé, typique de ces espaces ruraux, nécessite d’être relié par des infrastructures routière, accentuant la consommation d’espace. Ainsi la problématique d’étalement urbain concerne une grande partie des espaces ruraux, comme abordé dans cet écrit : le département de la Corrèze. Le phénomène d’étalement urbain tend d’être maîtrisé via les outils de planification urbaine qui comprennent des objectifs de densification. Les documents d’urbanisme tel que le Plan Local d’Urbanisme, le Plan Locale d’Urbanisme Intercommunal et le Schéma de Cohérence Territoriale, sont des outils non négligeables qui permettent de modérer la consommation de l’espace. Plusieurs mesures sont possibles pour rentabiliser les espaces déjà urbanisés, renouveler le parc de logement ou encore pour ouvrir à l’urbanisation des parcelles stratégique à un projet d’intérêt général. Au regard de ce contexte, cet écrit articulera sa réflexion suivant cette problématique : « Quelle est la pertinence des outils de planification corrézien et de leurs diagnostics dans la consommation qualitative et quantitative de l’espace ? »
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6740