Le renouvellement urbain du Mirail : Entre recherche de mixité sociale et rejet des grands ensembles, quel est le rôle de la diversification de l'habitat ?

Delaire, Florence (2018) Le renouvellement urbain du Mirail : Entre recherche de mixité sociale et rejet des grands ensembles, quel est le rôle de la diversification de l'habitat ? [Mémoire]

[img] Text

Florence.Delaire_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (5MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Delaire, Florence
Directeur de recherche: Escaffre, Fabrice
Divisions: UFR Sciences, Espaces, Sociétés > Département Géographie-Aménagement-Environnement
Diplôme: M2 Villes, Habitat et Transition Ecologique
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Urbanisme
Uncontrolled Keywords: Renouvellement urbain, Mirail, Grands ensembles de logement social, Diversification de l’habitat, Mixité Sociale, Formes urbaines, Logement privé, Mobilité résidentielle
Abstract: Le Mirail est un quartier toulousain emblématique de l’urbanisme fonctionnel des grands ensembles d’habitat social, construit dans les années 1960-1970. Il fait partie aujourd’hui des quartiers les plus stigmatisés de la ville. Après avoir bénéficié des différents dispositifs de la politique de la ville, sa restructuration urbaine est maintenant à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, avec le Grand Projet de Ville puis le Programme National pour la Rénovation Urbaine. La diversification de l’habitat est un des principaux leviers mobilisés pour améliorer l’attractivité de ce quartier, qui concentre le parc social le moins cher de l’agglomération et par conséquent la population la plus pauvre. L’architecture très connotée des grands ensembles et l’état de dégradation du bâti sont à l’origine de démolitions massives, qui ont permis de libérer de vastes emprises foncières pour de nouvelles opérations immobilières. Les démolitions s’inscrivent à la suite de mesures considérées comme décevantes, de sauvegarde et de valorisation du patrimoine architectural moderne de Georges Candilis, de renommée internationale. Orientée dans un premier temps vers la modification des statuts d’occupation des logements, dans une recherche de mixité sociale, les stratégies de diversification de l’habitat n’ont pas rencontré le succès escompté. Les logements proposés en accession sociale à la propriété ne se sont pas vendus, la production de logements privés n’a pas décollé et la part d’habitat social n’a pas reculé. A l’aube du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, les objectifs visés par la diversification de l’habitat sont redéfinis. Pour amorcer le changement d’image du quartier, il convient dès lors de construire de nouvelles formes urbaines et de varier les types d’habitat (petit collectif, intermédiaire, individuel), plus denses et moins coûteux. La modification du profil social du quartier n’est plus envisagée comme l’unique réponse, et l’ANRU a autorisé la métropole toulousaine à reconstituer sur site une part de l’offre sociale démolie. La diversification du bâti paraît être un levier plus fiable que la construction d’une mixité sociale instable, pour soutenir la mutation lourde du quartier au profit de sa réintégration sociale et urbaine. Elle permet par ailleurs de stimuler les mobilités résidentielles au sein du parc social.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6751