Les conflits socio-politiques et les rapports de classes dans le cinéma vénézuélien. Analyse du film La clase (2008) de José Antonio Varela

Rodríguez Reyes, Milagro (2018) Les conflits socio-politiques et les rapports de classes dans le cinéma vénézuélien. Analyse du film La clase (2008) de José Antonio Varela. [Mémoire]

This is the latest version of this item.

[img] Text

Milagro.Rodríguez Reyes_master1.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Rodríguez Reyes, Milagro
Directeur de recherche: Gautreau, Marion
Divisions: Institut Pluridisciplinaire pour les Etudes sur les Amériques à Toulouse (IPEAT)
Diplôme: M1 Etudes sur les Amériques (ALL)
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts du spectacle > Cinéma
Abstract: Parler du cinéma vénézuélien, c’est parler d’un cinéma qui se caractérise depuis plusieurs années par une tendance vers la représentation des réalités politiques et sociales du pays. De ce fait, ses productions s’avèrent trop proches de la dure réalité de la vie au Venezuela (au moins, pour une partie de sa société), et assez éloignées d’une fiction amusante ou divertissante. Les films vénézuéliens sont connus à l’intérieur du pays et à l’extérieur par la représentation des contextes sociaux particuliers (pauvreté dans la classe populaire et corruptions dans les groupes politiques au pouvoir, par exemple) et par la dénonciation des situations graves ou problématiques dans ces contextes (carences, invisibilité de la classe populaire habitant dans les bidonvilles, abus de pouvoir politique et policier). L’étude qui se présente à continuation analyse ces problématiques et conflits à travers l’analyse du film La clase (2008) de José Antonio Varela. Le choix de ce film répond à son contenu chargé d’une critique sociale évidente et d’une critique politique dissimulée.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6864

Available Versions of this Item