La question identitaire dans l’art africain contemporain : l’exposition des artistes questionnée

Danimbe, Joana (2018) La question identitaire dans l’art africain contemporain : l’exposition des artistes questionnée. [Mémoire]

[img] Text

Joana.Danimbe_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (4MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: the question of identity in contemporary african art : the artists' exhibition questioned
Creators: Danimbe, Joana
Directeur de recherche: Toussaint, Evelyne
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Histoire de l'Art et Archéologie
Diplôme: M2 Histoire de l'art moderne et contemporain
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Art et histoire de l'art > Art contemporain
Uncontrolled Keywords: art africain contemporain, identité , études postcoloniales , Diaspora
Mots-clés dans une autre langue: contemporary african art , identity, postcolonial studies, diaspora
Abstract: Alors qu’en France les théories d’expositions qui apparaissent dès la fin de la période coloniale ont véhiculé un regard ethnocentré sur les premières expositions d’art africain. Au État-unis le contexte politique et artistique est le prétexte de l’émergence de tentatives d’enfermement des artistes afro-américains dans des catégories identitaires prédéfinies. Ces deux contextes ont concouru à orienter la scène artistique africaine contemporaine sous le prisme de l’identité. Par ailleurs, depuis les années post-indépendances une nouvelle vision de l’art contemporain africain a émergé avec l’avènement des études et discours postcoloniaux entrainant une lecture différente de l’esthétique contemporaine africaine. En effet, lorsque l’identité est prise en compte dans les oeuvres d’artistes de la diaspora africaine, la question identitaire demeure au paroxysme de son questionnement. Il en est de même pour la mise en exposition de ces artistes qui lorsqu’elle se voit rattachée au label d’art africain contemporain, est elle aussi remise en question. La première partie du mémoire propose une perspective socio-chronologique de l’exposition d’art africain et afroaméricain pour en comprendre la complexité d’aujourd’hui. Dans une seconde partie ce mémoire montre que les artistes interrogent et se positionnent face à cette mise en exposition, à travers la mise en place de différentes stratégies et approches plastiques, pour tenter de s’en détacher. La dernière partie nous donne un point de vue sur le poids des organisateurs sur la mise en exposition des artistes africains contemporains, une partie qui s’ouvre sur l’avènement de nouvelles technologies et nouveaux lieux d’expositions, qui semblent offrir aux artistes de nouvelles opportunités pour sortir des mises en expositions identitaires auxquelles ils sont assignés.
Résumé dans une autre langue: While in France from 1960, the exhibitions’ theories emerged from the end of the colonial period, have conveyed an ethnocentric view on the first exhibitions of African art. In the United States, the political and artistic context pretexted the attempts to confine African-American artists in a pre-defined cluster of identity. Both contexts have fostered the shape of the contemporary African art scene under the prism of identity. Furthermore, following the post-independence era, a new vision of contemporary African art has emerged due to the advent of postcolonial studies, speeches and support of curators, resulting in a different reading of contemporary African aesthetics. Indeed, when the identity is taken into account in the works of artists of the African diaspora, the issue of identity remains at the paroxysm of its interrogation. The labeling of artists under the label of Contemporary African art comes as well to a questioning. The first part of the thesis offers a socio-chronological perspective of the African and African-American art exhibition to understand its complexity in today’s world. On a second hand, this thesis displays questionings and positions artists themselves hold towards this labeling, through the implementation of different strategies and plastic approaches with the objectives to detach themselves from it. Finally, the last section will provide us with a point of view on the role and weight that organizers detain concerning the exhibition of contemporary African art. This part will open the matter of the advent of new technologies and venue's exhibitions, which seems to give to artists new opportunities to extract themselves from exhibitions with strong identity labeling to which they are assigned to.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/6990