Images et connaissances de l'Occident chrétien au Maghreb médiéval

Benchekroun, Chafik Toum (2019) Images et connaissances de l'Occident chrétien au Maghreb médiéval. [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Chafik.Toum Benchekroun_these_4790.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (3MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Image and knowledge of the Latin West in the Medieval Maghrib
Creators: Benchekroun, Chafik Toum
Directeur de recherche: Doumerc, Bernard
Doctoral school: TESC : Temps, Espace, Société, Culture
Research unit: France, Amériques, Espagne - Sociétés, pouvoirs, acteurs - FRAMESPA
Diplôme: Doctorat en Histoire
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire > Histoire médiévale
Uncontrolled Keywords: Maghreb médiéval, Occident chrétien, Histoire des représentations, Historiographie maghrébine, jurisprudence islamique
Mots-clés en anglais: Medieval Maghrib, Latin West, History of mentalities, Maghrebian historiography, Islamic jurisprudence
Abstract: Il est difficile d’infirmer l’idée qu’une vision caricaturale de l’Occident chrétien prévaut dans le Maghreb médiéval, vision qui résume l’Autre à des traits à la fois généraux et stéréotypés. A l’époque médiévale, les auteurs maghrébins semblent peiner à différencier les puissances chrétiennes les unes des autres, préférant souvent désigner (ce que cette thèse veut appeler) l’Autre méditerranéen de façon vague et éloignée : « Romains », « Francs », « Chrétiens », ou plus rarement « mécréants ». Ces appellations paraissent souvent être jetées à tout hasard, et être parfaitement équivalentes. Mais, quoique cette impression soit en grande partie correcte, certaines nuances peuvent peut-être apporter une plus grande clarté sur l’état et le degré de connaissance de l’Autre dans la conscience cultivée (au sens hégélien de l’expression) des élites intellectuelles maghrébines médiévales. Cet Autre multiséculaire, antéislamique. Déjà, en 171, 540 ans avant 711, les Maures traversaient le détroit de Gibraltar pour attaquer la Bétique, poussés par une récolte plus qu’insuffisante. Constituant un danger tout à fait considéré à l’époque. Déjà sous Néron, le poète Calpurnius écrivait : « trucibusque obnoxia Mauris pascua Geryonis ». Quoique l’Islam vienne parachever et ancrer cette gigantesque mise en situation psychologique. L’identité intellectuelle maghrébine médiévale a pour base une période antéislamique fantasmée de l’Arabie de Mahomet. Il ne faut pas oublier que Juifs et chrétiens furent chassés tout simplement d’Arabie après la mort de Mahomet, car ils souilleraient la patrie du Prophète par leur seule présence. Il s’agit ici d’un élément fondateur de la représentation traditionnelle des Chrétiens et des Juifs en Terre d’Islam. Cela influencera les visions juridiques des relations pouvant être entreprises entre les Maghrébins et l’Occident chrétien. Ainsi nombre de juristes maghrébins médiévaux présenteront comme illicites les échanges commerciaux entre Maghrébins et Chrétiens (d’Occident) se réalisant avec des monnaies chrétiennes gravées de croix, voire gravées d’inscriptions latines tout simplement. Même la relation avec l’Autre est donc définie par le refus de l’Autre. Car, l’Occident chrétien c’est Dār al-ḥarb (une terre de guerre).
English abstract: It is difficult to refute the idea that a caricatural vision of the Christian West prevails in the medieval Maghreb, a vision that summarizes the Other with both general and stereotyped traits. In medieval times, Maghreb writers seem to struggle to differentiate the Christian powers from one another, often preferring to designate (what this thesis wants to call) the Mediterranean Other vaguely and remotely: "Romans", "Francs", "Christians", or more rarely "unbelievers". These appellations often appear to be thrown at random, and to be perfectly equivalent. But, although this impression is largely correct, some nuances may perhaps bring greater clarity to the state and degree of knowledge of the Other in the cultivated consciousness (in the Hegelian sense of expression) of the elite medieval Maghreb intellectuals. This other multisecular, pre-Islamic. Already, in 171, 540 years before 711, the Moors crossed the Strait of Gibraltar to attack Betic, pushed by a crop more than insufficient. Constituting a danger quite considered at the time. Already under Nero, the poet Calpurnius wrote: "trucibusque obnoxia Mauris pascua Geryonis". Although Islam comes to complete and anchor this gigantic psychological situation. The medieval Maghreb intellectual identity is based on a fantasized pre-Islamic period of Arabia of Muhammad. It must not be forgotten that Jews and Christians were simply expelled from Arabia after the death of Muhammad, for they would defile the homeland of the Prophet by their mere presence. This is a founding element of the traditional representation of Christians and Jews in the Land of Islam. This will influence the legal visions of the relations that can be undertaken between the Maghrebians and the Christian West. Thus many medieval Maghreb jurists will present as illicit trade between Maghrebians and Christians (of the West) being realized with Christian coins engraved with crosses, even engraved with Latin inscriptions quite simply. Even the relationship with the Other is therefore defined by the refusal of the Other. Because, the Christian West is Dār al-ḥarb (a land of war).
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7176