L’influence des méthodes d’apprentissages sur les travaux de groupe en binôme

Rigal, Emeline (2019) L’influence des méthodes d’apprentissages sur les travaux de groupe en binôme. [Mémoire]

[img] Text

EMELINE.RIGAL_master2.pdf


Accès : Repository staff only

Télécharger (10MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: The influence of different learning methods on group work as pair work
Creators: Rigal, Emeline
Directeur de recherche: Dahm, Rebecca
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Langues vivantes étrangères : Anglais
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Langues > Anglais
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Uncontrolled Keywords: Apprentissage, Travail de groupe, Autonomie, Investissement, Motivation, Différenciation, Lycée
Mots-clés dans une autre langue: learning, group work, commitment, self-motivation, empowerment, differenciation, high school
Abstract: Les différentes méthodes telles que la coopération et la collaboration en groupe permettent-elles une amélioration de l’apprentissage ? L’hypothèse première est le travail de groupe peut favoriser la motivation, l’apprentissage et l’autonomisation à condition que les besoins particuliers des élèves soient pris en considération. De manière à tester cette hypothèse, des questionnaires pré et post-séquence furent réalisés au sein d’une classe de seconde au lycée, afin de déterminer les opinions des élèves vis-à-vis de leurs travaux de groupe et de la progression de leur apprentissage. De plus, trois expérimentations d’activités en groupe furent mises en place et observées afin de mesurer la motivation, le taux d’investissement et la mise en autonomie des élèves. Entre les résultats des post-questionnaires et ceux des analyses d’activités, les différents profils des élèves inter et entre groupes démontrent la variabilité de leur taux d’investissement et motivation en fonction de l’activité, tandis que l’autonomie à tendance à plus s’acquérir au préalable du travail de groupe. En conclusion, chaque groupe a pu voir son apprentissage progresser mais à des degrés différents suggérant l’importance et le besoin de renforcer la différenciation pédagogique. Néanmoins, de par les résultats, les groupes constitués d’élève à niveau plus élevé à tendance à prendre plus de responsabilité et à influencer son groupe.
Résumé dans une autre langue: Do different methods such as collaborating and cooperating actually allow learning to improve? The starter hypothesis entailed group work as boosting self motivation, learning and autonomisation provided that students’ specific needs are taken into account. In order to test that thoery, some pre-tests and post-tests have been set up within a highschool “classe de seconde”. The purpose was to make out students’ opinions towards group work, but also to NOM Prénom | Master MEEF Anglais | Mémoire ÉSPÉ | mois année measure their learning progression. All the more so, three group work experiments have been put in place and observed as such, so as to measure self-motivation, commitment, and student’s empowerment. Due to pre and post-tests’ results, miscellaneous students’ profile -within and between the pair work- have proven their varied degree of commitment and self-motivation depending on the activity at hand. However, from the results, it seems that empowerment tends to be gained prior to group work. To conclude, each group has had their learning improve on different levels, which suggests the significant need to reinforce pedagogical differentiation among students. Nevertheless, considering the results, higher level students within groups, do tend to take more responsabilities and influence their pair work.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7220