Les mobilités intercontinentales dans le Royaume d'Espagne : fray Juan Agustín Morfi, franciscain asturien en Nouvelle-Espagne (1735-1783)

Cadez, Émilie (2017) Les mobilités intercontinentales dans le Royaume d'Espagne : fray Juan Agustín Morfi, franciscain asturien en Nouvelle-Espagne (1735-1783). [Thesis]

[img] Version de Diffusion
Text

Émilie.Cadez_these_3572.pdf


Accès : Registered users only jusqu'au 6 October 2020.

Télécharger (7MB) | Request a copy
Item Type: Thesis
Titre en anglais: Intercontiental mobilities in Spanish Kingdom : fray Juan Agustín Morfi, a franciscan of Asturias in New-Spain (1735-1783)
Creators: Cadez, Émilie
Directeur de recherche: Lesbre, Patrick
Doctoral school: ALLPH@ : Arts, Lettres, Langues, Philosophie, Communication
Research unit: Centre d'Etudes Ibériques et Ibéro-Américaines - CEIIBA-Toulouse
Diplôme: Doctorat en Etudes Hispaniques et Hispano-américaines
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Histoire
Uncontrolled Keywords: XVIIIe siècle, Lumières, mobilités intercontinentales, Franciscains
Mots-clés en anglais: Eighteenth century, Enlightment,Intercontinental mobilities, Franciscans
Abstract: Dans cette thèse, nous nous proposons d’étudier la figure de fray Juan Agustín Morfi, franciscain né à Oviedo (Asturies) en 1735 et mort à Mexico en 1783.Au fil de notre étude, nous verrons que Morfi est un personnage incontournable dans le panorama culturel novo-hispanique de l’époque, mais aussi qu’il est introduit dans la sphère politique par Théodore de Croix, récemment nommé Commandant Général des Provinces Internes du nord de la Nouvelle-Espagne, qui lui demande de l’accompagner dans une expédition de reconnaissance de ces territoires. Morfi part donc de México le 4 août 1777 pour n’y revenir qu’en juin 1781. Ce voyage représente un tournant décisif dans sa vie car il lui permet d’asseoir sa notoriété et de développer sa production écrite de façon significative. En effet, le franciscain va pouvoir mettre à profit l’ensemble de ses connaissances sur des sujets très variés en faisant preuve d’une grande prolixité. L’étude des textes nés de sa participation à l’expédition de De Croix va nous permettre de révéler sa personnalité, sa façon de pensée, les réseaux dans lesquels il s’insère (la Confrérie d’Aránzazu de Mexico puis la Real Sociedad Bascongada de Amigos del País), mais également un travail approfondi sur l’écriture, passant ainsi de simple voyageur à auteur à part entière.Par ailleurs, nous verrons ici que le réseau personnel de Morfi ainsi que les idées qu’il exprime dans sa vaste production écrite font de lui un homme dont l’ancrage est à la fois péninsulaire et novo-hispanique et le digne représentant de l’esprit des Lumières.
English abstract: With this thesis, we will study the figure of fray Juan Agustín Morfi, a Franciscan born in Oviedo (Asturias) in 1735 and who died in Mexico in 1783.Trough this research, we will observe that the friar Morfi is a preponderant man in the cultural panorama of th eighteenth-century New Spain, but also that he is introduced in the political sphere by Theodore de Croix, newly named Commandant General of the Provincias Internas in the northern part of New Spain, who asked him to participate to an expedition in order to explore these territories. Morfi leaves of Mexico in 1777, August 4th and returns in june 1781. This journey represents a turning point in his life, strongly establishing his reputation, and also his written production. Actually, the friar will turn to good account his knowledge with an incredible prolixity. Studying the texts that come about thanks to his participation in De Croix’s expedition, we will be able to see who he really was, how he tought, how he inserted himself in networks (such as the Brotherhood of Aránzazu of Mexico and the Real Sociedad Bascongada de Amigos del País). As well, we will observe Morfi’s work on writing, making himself an author in the fullest manner possible for this status.Furthermore, we will see that Morfi’s personal network, as well as the ideas he expressed in his large written production, reveal that he was a man with references of both Spain and New Spain, and a worthy representative of the Enlightment.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7237