L’utilisation de modèles analogiques en cours de sciences de la vie et de la Terre

Mizzon, Hugau (2019) L’utilisation de modèles analogiques en cours de sciences de la vie et de la Terre. [Mémoire]

[img] Text

Hugau.Mizzon_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (1MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Creators: Mizzon, Hugau
Directeur de recherche: Pélissier, Marie-Louise
Divisions: Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE)- Académie de Toulouse
Diplôme: M2 MEEF Sciences de la vie et de la Terre
Subjects: SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES > Sciences de l'éducation > Enseignement secondaire
Abstract: Chaque structure, chaque phénomène étudiés en sciences de la vie ou de la Terre trouve son modèle analogique ou, pour parler plus simplement, sa maquette, comme les sont le globe terrestre ou l’écorché du corps humain. Lorsqu’on les invite en classe, derrière l’attrait de leur esthétique ou de leur aspect ludique, il existe chez ses modèles une dualité entre aide à la compréhension et obstacle au raisonnement (Crépin-Obert, 2014). Ce mémoire rend compte du test effectué avec des classes de quatrième de l’efficacité de l’utilisation de deux types de modèles. Dans le premier cas, les élèves réalisent une animation en volume en pâte à modeler de la phagocytose. Dans le second, ils construisent une maquette d’associations anticorps- antigènes. En parallèle, une classe témoin aborde les mêmes notions liées au fonctionnement du système immunitaire par la schématisation uniquement. Finalement, les élèves sont évalués sur leur capacité à restituer le vocabulaire et à expliquer les éléments et/ou les étapes des structures et des phénomènes décrits. Lors des séances on constate une meilleure motivation et une meilleure implication des élèves lorsque des maquettes sont utilisées. Mais, d’une façon cohérente avec les résultats d’études antérieures (Tricot et al 2017), l’apport de l’utilisation des maquettes est nul ou négatif ici. L’effet négatif observé pour la phagocytose peut s’expliquer, dans le cadre de la théorie de la charge cognitive, par un cout cognitif non abordable en raison (1) de l’utilisation de la technique d’animation image par image, (2) d’un contenu notionnel trop lourd pour être introduit dans une seule activité. Un remaniement de la mise en oeuvre des modèles est discuté à la lumière de ces résultats.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7443