L’exposition « Imprimer le monde » : une « révolution artistique » ?

Rebuffel-Chaillet, Manon (2019) L’exposition « Imprimer le monde » : une « révolution artistique » ? [Mémoire]

[img] Text

Manon.Rebuffel_master2.pdf


Accès : Registered users only

Télécharger (10MB) | Request a copy
Item Type: Mémoire
Titre dans une autre langue: "Imprimer le monde" exhibition: an "artistic revolution"?
Creators: Rebuffel-Chaillet, Manon
Directeur de recherche: Toussaint, Evelyne
Divisions: UFR Histoire, Arts et Archéologie > Département Histoire de l'Art et Archéologie
Diplôme: M2 Histoire de l'art moderne et contemporain
Subjects: ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts appliqués
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Arts plastiques
ARTS-LETTRES-LANGUES-PHILOSOPHIE > Arts visuels > Art numérique
INFORMATIQUE MATHEMATIQUES TECHNOLOGIES > Informatique
Uncontrolled Keywords: impression 3D, paradigme, art contemporain, révolution artistique
Mots-clés dans une autre langue: 3D printing, paradigm, contemporary art, artistic revolution
Abstract: Certains artistes, précurseurs en la matière, utiliseraient l’impression 3D comme un « nouveau pinceau » dans leur travail de création, alliant savoir-faire artisanaux et technologies numériques. Les œuvres présentées au Centre Pompidou lors de l’exposition Imprimer le monde (15 mars au 19 juin 2017) révélaient une matérialité innovante permise par l’impression 3D et des formes complexes jusqu’alors irréalisables. Ce travail de recherche vise à définir les termes d’une hypothétique « révolution artistique » soulevée par l’émergence de ces procédés techniques nouveaux. Allons-nous vers une rupture de paradigme ? Afin d’établir la comparaison avec les particularités de la création artistique réalisée par impression 3D, les caractéristiques du paradigme artistique de l’art contemporain (« dématérialisation » des œuvres, diversification des matériaux, présence non obligatoire de l’artiste lors de la fabrication, entre autres) ont été étudiés. À l’heure actuelle, le véritable bouleversement provoqué par l’impression 3D est qu’il est désormais possible de matérialiser le digital. Certaines des rares œuvres ainsi créées sont virtuelles et matérielles, aux existences multiples et protéiformes, nées d’une communion entre l’homme et la machine. Mais ces réalisations artistiques et les usages de ces outils dans le milieu artistique (recherches sur de nouvelles manières de conserver, de restaurer, sur les façons d’exposer les œuvres, et sur la médiation) sont, pour le moment, principalement le fait d’expérimentations. Il semble encore trop tôt pour dire si ces nouveaux procédés de fabrication vont engendrer une révolution artistique ; en revanche, ce nouveau courant artistique émergent et les recherches qui y sont liées laissent présager une éventuelle redéfinition de l’art, et donc, une évolution du paradigme en place.
Résumé dans une autre langue: Some artists, precursors in the field, would use 3D printing as a "new brush" in their creative work, combining craftsmanship and digital technologies. The works presented at the Centre Pompidou during the Imprimer le monde exhibition (March 15 to June 19, 2017) revealed an innovative materiality enabled by 3D printing and complex shapes previously unachievable. This research work aims to define the terms of a hypothetical "artistic revolution" raised by the emergence of these new technical processes. Are we going towards a paradigm break? In order to establish the comparison with the particularities of the artistic creation realized by 3D printing, the characteristics of the artistic paradigm of the contemporary art ("dematerialization" of the works, diversification of the materials, non-obligatory presence of the artist during the making, among others) were studied. At present, the real upheaval caused by 3D printing is that it is now possible to materialize the digital. Some of the few works thus created are virtual and material, with multiple and protean lives, born of a communion between man and machine. But these artistic creations and the uses of these tools in the art world (research on new ways to preserve, to restore, on the ways of exposing works, and on mediation) are, for the moment, mainly the fact of experiments. It still seems too early to say whether these new making processes will engender an artistic revolution; on the other hand, this emerging artistic movement and the related research suggests a possible redefinition of art, and thus an evolution of the paradigm in place.
URI: http://dante.univ-tlse2.fr/id/eprint/7497